Exclusif

Aide sociale: Alexandre Cloutier écorche le ministre Blais

Le candidat à la direction du Parti québécois... (Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier accuse le ministre François Blais et le gouvernement libéral dans son ensemble de s'en prendre aux plus démunis de la société.

Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Épinglé par le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, le candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier riposte par une charge à fond de train.

Alexandre Cloutier dit ne pas en revenir de voir que le ministre Blais et le gouvernement libéral dans son ensemble «s'en prennent aux plus vulnérables, aux plus démunis, alors qu'ils font des cadeaux aux plus riches de notre société».

«Souvenons-nous que c'est le gouvernement libéral qui a aboli la taxe sur les banques, la taxe sur les institutions financières. Il refuse de mettre fin à l'incorporation des médecins et d'abolir les fiducies familiales, accessibles essentiellement aux plus riches de notre société», lance le péquiste en entrevue avec Le Soleil.

«Et là, on s'en prend à nos jeunes, à nos jeunes sur l'aide sociale. Moi, je serais gêné à la place du ministre. Il devrait aller chercher l'argent là où il est et laisser tranquilles les plus vulnérables.»

François Blais a annoncé mardi vouloir pousser plus loin le projet de loi 70, celui visant, selon son titre, «à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l'emploi ainsi qu'à favoriser l'intégration en emploi». Le ministre veut donner à son ministère le pouvoir de retenir le chèque d'aide sociale d'un nouveau bénéficiaire qui ne se présenterait pas à un rendez-vous d'«évaluation».

L'objectif est de rendre cette rencontre obligatoire, a dit le ministre.

«Mesures plus strictes»

Défendant à nouveau les bonifications financières, mais aussi les pénalités que son projet de loi prévoit imposer aux nouveaux bénéficiaires qui suivraient ou qui refuseraient de suivre un parcours du programme Objectif emploi, François Blais a glissé au passage qu'Alexandre Cloutier «a déjà mentionné il y a quelques années qu'il était en faveur de mesures plus strictes, plus fortes, à l'aide sociale pour les personnes aptes au travail». Voilà ce qui a fait bondir le candidat péquiste.

«Ce que j'ai dit, c'est que ceux et celles qui peuvent travailler, trouver un emploi, s'épanouir dans notre société doivent avoir des opportunités pour le faire», affirme M. Cloutier avant de reprendre sa charge.

«Je veux rappeler que c'est le même ministre Blais qui a coupé des centaines de millions dans notre système d'éducation. Il engendre des décrocheurs au Québec et après ça il vient se plaindre qu'il y en a trop. C'est une aberration!»

Le programme Objectif emploi préconisé par le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale prévoit un incitatif pouvant aller jusqu'à 260 $ de plus par mois pour les prestataires de l'aide sociale qui s'y engage, et une pénalité pouvant atteindre 224 $ pour ceux qui y tourneraient le dos sans motif valable. Le chèque d'aide sociale pour une personne seule apte au travail est de 623 $ par mois.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer