Les droits des travailleurs encore bafoués pour plaire aux maires, dénonce le SCFP

Le gouvernement Couillard s'apprête à bafouer à nouveau... (Photothèque Le Soleil, PC, CLEMENT ALLARD)

Agrandir

Le gouvernement Couillard s'apprête à bafouer à nouveau les droits des employés municipaux pour plaire aux maires de Québec et de Montréal, Régis Labeaume et Denis Coderre, dénonce le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Photothèque Le Soleil, PC, CLEMENT ALLARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard s'apprête à bafouer à nouveau les droits des employés municipaux pour plaire aux maires de Québec et de Montréal, dénonce le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

«Une bonne guerre avec les syndicats, ça augmente la cote dans l'opinion publique, ça donne l'apparence que cette personne est forte et qu'elle tient tête», a déclaré Marc Ranger, directeur québécois du SCFP, référant nommément à Régis Labeaume et Denis Coderre.  

À la veille de l'ouverture de la commission parlementaire sur le projet de loi 110 sur les relations de travail dans les villes, le SCFP veut «déboulonner deux mythes» qui s'inscrivent dans le débat. La pièce législative permettrait au gouvernement, après un processus de négociation, de décréter les conditions de travail dans le secteur municipal.

Déséquilibre?

Il est faux de prétendre qu'il y a déséquilibre dans le rapport de forces entre les administrations municipales et leurs syndicats d'employés, selon M. Ranger. À preuve, plaide-t-il, quelque 96% des conventions collectives se règlent sans conflit de travail. Il rejette la thèse voulant que des maires puissent signer des contrats de travail désavantageux uniquement pour «acheter la paix».

Aussi, le SCFP s'inscrit en faux contre l'écart de 39,5% constaté par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) entre les salaires des fonctionnaires du gouvernement et ceux des villes. Il ne reflète pas la réalité, selon le syndicat.

Dans les faits, soutient le syndicat, l'écart est moindre, et il n'est applicable que pour le personnel administratif (cols blancs). Il n'y a pas d'emplois comparables qui puissent tenir avec plusieurs corps de métier chez les cols bleus.  Lorsque les comparaisons peuvent se faire, la rémunération des fonctionnaires municipaux est dans la moyenne des salaires versés, soutient le syndicat.

«On demande à ce que le débat se fasse sur des bases honnêtes», a dit M. Ranger.

Contestation judiciaire

Comme cela a été le cas pour le projet de loi 3 sur la réforme des régimes de retraite, le syndicat envisage contester devant les tribunaux la pièce législative déposée par Québec si elle est adoptée. Le SCFP considère qu'il brime le droit à l'association et à la libre négociation. 

Des démarches ont été entreprises par le SCFP auprès des différents partis politiques pour expliquer leur argumentaire. Il n'est pas acquis que le syndicat aura l'appui formel de l'une ou l'autre des formations de l'opposition.

Mardi, les maires Labeaume et Coderre défileront devant les députés, de même que les dirigeants de la FTQ, de la CSN, et de syndicats des policiers et des pompiers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer