Trudeau «dérive» sur les fêtes religieuses, croit Lisée

S'il était élu à la tête du Parti... (Archives La Presse)

Agrandir

S'il était élu à la tête du Parti québécois, Jean-François Lisée ne soulignerait aucune fête religieuse, sinon Noël et Pâques dont la célébration a, selon lui, «perdu son caractère religieux» pour beaucoup de gens.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le premier ministre Justin Trudeau s'abandonne à une «dérive» en validant des thèses religieuses à travers ses souhaits à l'occasion de différentes fêtes, estime l'aspirant-chef péquiste Jean-François Lisée.

Au lendemain d'une petite controverse avec son collègue Alexandre Cloutier au sujet d'un gazouillis soulignant la fin du ramadan, le député de Rosemont a accouché d'une réflexion sur sa gouverne s'il devait être élu chef du PQ.

Lui-même ne soulignerait aucune fête religieuse, sinon Noël et Pâques dont la célébration a, selon lui, «perdu son caractère religieux» pour beaucoup de gens.

Deux problèmes découlent de la «dérive trudeauiste» des communications du premier ministre, explique M. Lisée au Soleil. M. Trudeau ne se contente pas de souligner l'événement, analyse-t-il. Il accrédite la raison d'être de la fête, sans égard aux traces historiques ni aux contradictions des différentes célébrations entre elles. «Multiculturel jusqu'au bout des ongles, notre premier ministre semble avoir décidé qu'il devait être multiconfessionnel, résume M. Lisée sur son blogue. [...] Ce n'est ni sa tâche ni sa place d'affirmer que telle ou telle croyance est réelle ou fausse. Les valider toutes ne change rien à l'affaire.»

Athées et non-croyants

Le député péquiste de Rosemont déplore d'autre part que les convictions des athées ou des non-croyants ne bénéficient pas du même genre de reconnaissance. En outre, M. Lisée juge qu'il est possible de tendre la main aux communautés sans s'arrêter à la religion qui, de toute façon, n'est partagée que par une partie de leurs membres. 

«Je comprends la volonté de se montrer ouvert à l'autre en saluant des moments forts de leur vie, indique M. Lisée. Mais il me semble important de trouver d'autres façons de faire.»

Il ne reproche pas à son collègue Cloutier d'avoir «souligné» la fin du ramadan. Mais lui-même «ne le ferait pas», déclare-t-il. Il vaut mieux démontrer son attachement aux communautés à travers leur fête nationale, les événements de leur chambre de commerce ou leurs festivités culturelles, prône

M. Lisée. Il se targue d'ailleurs d'être le seul des cinq candidats à la chefferie du PQ à avoir souhaité «bonne fête à tous les Canadiens» le 1er juillet. 

«On s'adresse à toutes et à tous sans s'enfarger dans différentes théologies», soutient M. Lisée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer