Direction du PQ: Lisée promet une lutte «jusqu'à la fin»

Le candidat à la direction du Parti québécois,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois, Jean-François Lisée, s'est engagé à mettre un terme à la «culture du racket» à Revenu Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Ce sera une course jusqu'à la fin», a assuré Jean-François Lisée, qui s'estime cette fois bien en selle et capable de tirer son épingle du jeu pour succéder à Pierre Karl Péladeau.

Lundi, Jean-François Lisée a tenu une assemblée dans une brasserie de Sainte-Foy pour bien montrer, à travers les médias interposés, les appuis qu'il est en mesure de recueillir dans les régions de la capitale et de la Chaudière-Appalaches, toutes deux difficiles pour le Parti québécois.

Parmi la trentaine de personnes présentes, il y avait des présidents de circonscriptions péquistes, mais aussi des anciens de Québec solidaire et de l'Action démocratique du Québec.

Dans son discours, le député de Rosemont a joué la carte du fils d'entrepreneur de Thetford Mines pour mieux soutenir qu'il sera «le premier ministre des entrepreneurs».

Avec lui, promet-il, la «paperasse», qui est comme un «sabot de Denver» pour les dirigeants d'entreprise, sera réduite, tout comme le fardeau réglementaire auquel doivent se soumettre ceux qui se lancent en affaires.

Il oeuvrera à mettre fin à la «culture du racket à Revenu Québec», une agence pour qui, a-t-il lancé, les entrepreneurs sont trop souvent «présumés coupables».

Pour la région de Québec, où le Parti québécois fait piètre figure scrutin après scrutin depuis une génération - au point où certains ont beaucoup glosé sur un «mystère Québec» -, M. Lisée propose d'abord «d'écouter, d'écouter et d'encore écouter». Ses propositions ne viendraient que par la suite. 

Il croit, cela dit, que sa proposition de ne pas tenir de référendum sur la souveraineté avant un deuxième mandat peut plaire particulièrement dans la grande région de la capitale.

Depuis 10 jours, depuis la fin de la session parlementaire à l'Assemblée nationale, les candidats à la succession de Pierre Karl Péladeau multiplient les sorties et les propositions.

Depuis la semaine dernière, on a ainsi appris que M. Lisée a fait sienne la recommandation de la commission Bouchard-Taylor proscrivant le port de signes religieux pour les titulaires de fonctions d'autorité, comme les juges, les policiers et les gardiens de prison. Il veut aussi que tous les services publics soient rendus à «visage découvert».

Le député de Lac-Saint-Jean à l'Assemblée nationale, Alexandre Cloutier, a proposé de modifier le rôle d'Investissement Québec de manière à ce que ce bras financier du gouvernement épaule davantage l'emploi dans les régions hors des grands centres urbains. Investissement Québec deviendrait Investissement et Développement Québec.

Véronique Hivon a fait savoir que si elle devient chef du Parti québécois et éventuellement première ministre du Québec, elle fera inclure les traitements de psychothérapie dans le panier de services publics. Elle a également fait connaître des propositions en matière d'environnement.

De son côté, Martine Ouellet a annoncé qu'elle ressusciterait les fameux COFI, les centres d'orientation et de formation pour les immigrants, abolis au tournant des années 2000.

Nouveau leader parlementaire

Le chef par intérim de l'opposition officielle, Sylvain Gaudreault, a nommé le député Nicolas Marceau au poste de leader parlementaire. Il remplace Bernard Drainville, qui a démissionné à la surprise générale pour aller poursuivre une carrière à la radio. Le leader parlementaire est un peu le chef d'orchestre de son parti à l'Assemblée nationale.

M. Gaudreault devait choisir un «non aligné» pour assumer cette fonction. Les députés qui roulent pour un candidat à la direction étaient donc d'emblée disqualifiés.

Outre M. Marceau, deux autres élus correspondaient au profil possible : Alain Therrien et Pascal Bérubé.

Nicolas Marceau n'aura pas beaucoup de temps pour se faire valoir à ce poste. Les périodes des questions à l'Assemblée nationale reprendront le 20 septembre. Or, le nouveau chef du Parti québécois sera choisi par les membres le 7 octobre et placera très rapidement un fidèle à cette fonction névralgique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer