Les élus doivent rester accessibles, pense Martine Ouellet

Philippe Couillard a été agressé lors d'un rassemblement... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Philippe Couillard a été agressé lors d'un rassemblement à la mémoire des victimes d'Orlando.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
Le Soleil

(Montréal) La députée péquiste Martine Ouellet, qui se trouvait près de Philippe Couillard et de son agresseur, jeudi soir, et qui était aussi présente lors de la tuerie du Métropolis en 2012, croit qu'il faudra trouver un équilibre entre la proximité avec les citoyens et la sécurité autour des premiers ministres.

Mme Ouellet a raconté, vendredi, avoir été bousculée lors des mouvements de gardes du corps qui ont suivi l'agression du premier ministre Philippe Couillard à l'occasion d'une veille à Montréal en l'honneur des 49 victimes de la tuerie d'Orlando, jeudi soir.

La députée de Vachon était également présente, en 2012, lorsque les péquistes célébraient leur victoire au Métropolis, à Montréal, et qu'un attentat y a été perpétré.

Bien qu'elle ait assisté à ces deux événements violents impliquant des premiers ministres, l'ancienne ministre péquiste ne croit pas qu'il faille resserrer la sécurité autour d'eux au point de les rendre inaccessibles.

«Pour ma part, la proximité avec la population, c'est extrêmement important. Il ne faut pas s'empêcher, par des événements comme hier (jeudi), ou celui de 2012 que j'ai encore en mémoire, d'être près des gens, d'être à l'écoute des gens. Cette proximité-là a beaucoup de valeur», a opiné la députée péquiste de Vachon.

Invitée à préciser si elle croyait qu'il fallait resserrer la sécurité autour des ministres et premiers ministres, elle a préféré laisser cette question aux soins des gens responsables de la sécurité.

«Je ne commenterai pas pour les gens de la sécurité, mais pour ma part à moi, l'importance d'être près des gens passe par-dessus les risques qu'il pourrait y avoir», a ajouté Mme Ouellet.

Elle a conclu par une pensée plus générale sur les causes de la violence.

«On a tout avantage, comme politicien, au-delà des événements isolés - parce que des événements isolés, on ne peut pas vraiment savoir, ni avoir de contrôle - mais on a tout avantage, dans la société, à réduire les inégalités. C'est ça qui réduit aussi la violence dans une société», a commenté Mme Ouellet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer