Le cas Hamad va se résoudre, selon le ministre Blais

Le ministre François Blais assure que la situation... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le ministre François Blais assure que la situation de Sam Hamad n'a pas affecté l'avancement des dossiers de Québec.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même si la prudence reste de mise, le gouvernement Couillard estime que le dossier de Sam Hamad va se résoudre, affirme le ministre François Blais.

Alors que le maire de Québec, Régis Labeaume, plaide pour un retour de M. Hamad au sein du Conseil des ministres, M. Blais assure que les dossiers de la capitale ne souffrent d'aucun retard.

«Il n'y a rien d'intérimaire», a affirmé M. Blais à propos de sa propre responsabilité ministérielle de la région. «Bien entendu, a-t-il ajouté, on pense qu'il va y avoir une résolution au bout du compte de la situation de mon collègue [Hamad]. Mais moi, j'ai tous les pouvoirs et je suis en contact avec tout le réseau pour faire avancer les dossiers.»

Au final, il reviendra au premier ministre Philippe Couillard d'exercer sa prérogative de redonner ou non à M. Hamad sa limousine, continue M. Blais. «Il faut toujours être prudent, a affirmé le ministre. On est dans une situation bien sûr où il y a des évaluations qui sont faites, des enquêtes qui sont faites. [...] Attendons la conclusion de l'histoire et le premier ministre prendra la bonne décision, j'en suis sûr.»

Le ministre-député de Charlesbourg comprend bien que certains réclament le retour de son collègue de Louis-Hébert. Ce dernier a perdu son siège au Conseil des ministres après une controverse sur son rôle dans l'octroi d'une subvention à une entreprise pour laquelle oeuvrait l'ex-organisateur libéral Marc-Yvan Côté. 

«Sur le fond, on a toujours dit que mon collègue Hamad a fait beaucoup pour la Ville de Québec, a commenté M. Blais. Tout le monde le reconnaît. On va laisser le processus en cours et on prendra des décisions.»

Les dossiers avancent

Entretemps, le ministre assure que la situation n'a pas affecté l'avancement des dossiers de Québec. «Ce n'est pas le cas, je pense, a dit M. Blais. On a livré la semaine dernière un projet extrêmement important pour la Ville de Québec sur son statut [de capitale]. On a travaillé beaucoup là-dessus. Ça n'a pas été facile à tout moment. Il y a eu des moments difficiles dans les négociations, mais on est arrivé à une entente historique.»

L'autre ministre élu dans la région, celui de l'Éducation, Sébastien Proulx, renvoie aussi le dernier mot au premier ministre Couillard. «M. Hamad est un collègue qu'on apprécie beaucoup, a souligné le ministre de Jean-Talon. J'ai eu l'occasion de travailler avec lui sur plusieurs dossiers. Il est très attaché à Québec. C'est quelqu'un que j'estime beaucoup.»

Au cours des derniers jours, le premier ministre Couillard a refusé d'ouvrir son jeu quant à la possibilité d'un retour de M. Hamad au Conseil des ministres. Un rapport du commissaire à l'éthique a noté que M. Hamad a été «plus qu'imprudent en contrevenant aux principes éthiques de base», mais n'a pas recommandé de sanction.

«Tout le monde souhaite le retour de Sam Hamad», a déclaré cette semaine le maire Labeaume. Le PQ exige sa démission.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer