Trudeau et sa femme rient d'eux-mêmes

Justin Trudeau et sa femme Sophie ont fait... (La Presse Canadienne, Justin Tang)

Agrandir

Justin Trudeau et sa femme Sophie ont fait preuve de beaucoup d'autodérision lors du dîner annuel de la Tribune de la presse, samedi.

La Presse Canadienne, Justin Tang

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Gatineau

Les leaders des partis politiques fédéraux ont déposé momentanément les armes, samedi soir, afin de célébrer ceux qui manient le crayon et brandissent le micro.

Le premier ministre, Justin Trudeau, la leader intérimaire de l'opposition conservatrice, Rona Ambrose, et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, ont pris la parole lors du dîner de la Tribune de la presse parlementaire, qui fête cette année son 150e anniversaire.

Ils ont tous saisi cette occasion pour rire d'eux-mêmes, de leurs adversaires et des reporters.

Sophie Grégoire Trudeau, la femme du premier ministre, n'a pas non plus raté cette chance de verser dans l'autodérision.

Faisant référence aux récents reportages sur le fait qu'elle avait besoin de plus d'employés, Mme Grégoire Trudeau a appelé sur la scène du Musée canadien de l'histoire quatre membres de l'entourage de son mari afin qu'ils dévoilent un tapis de yoga.

Elle a ensuite effectué la posture du paon, qui consiste à se tenir en équilibre sur ses deux bras pliés le corps parallèle au sol, disant à M. Trudeau que c'était comme cela qu'il fallait faire, un clin d'oeil à une photo de lui en train d'accomplir une pose similaire qui a beaucoup circulé en ligne.

Sophie Grégoire Trudeau a effectué la posture du paon,... (La Presse Canadienne, Justin Tang) - image 2.0

Agrandir

Sophie Grégoire Trudeau a effectué la posture du paon, qui consiste à se tenir en équilibre sur ses deux bras pliés le corps parallèle au sol.

La Presse Canadienne, Justin Tang

Une pointe à Obama

Justin Trudeau a aussi fait des blagues sur le président américain, Barack Obama, qui avait lui-même plaisanté au sujet du premier ministre canadien lors du dîner des correspondants de la Maison-Blanche en avril.

«En fait, quelqu'un m'a dit récemment: "M. le président, vous êtes vraiment de l'histoire ancienne. Justin Trudeau vous a complètement remplacé. Il est tellement beau, il est tellement charmant, il représente l'avenir." Et j'ai répondu: "Justin, calme-toi!"»

La réaction de M. Trudeau: M. Obama va lui manquer.

«On a beaucoup parlé de mon amitié avec le président Barack Obama, du fait qu'il était un modèle pour moi, que j'avais tant de choses à apprendre de lui. Et je me suis dit: "Barack, tu as absolument raison. Merci encore de l'avoir signalé."»

«Je vais m'ennuyer de son leadership, de ses bons conseils. Je ne m'ennuierai pas de sa manie de tirer les sous-vêtements entre les fesses [wedgies, en anglais].»

«Le méchant homme est parti»

Le départ d'un autre leader a également été souligné: celui de l'ancien premier ministre Stephen Harper.

Mme Ambrose, qui dirige actuellement les conservateurs, n'a pas hésité à blaguer au sujet de son ex-chef, notant son aversion pour les médias.

Durant ses quelque dix années au pouvoir, M. Harper n'a jamais assisté au dîner de la Tribune.

Suggérant de nouveaux slogans pour le Parti conservateur, Rona Ambrose a proposé «le méchant homme est parti».

Mulcair ne s'en fait plus

Sur le point de terminer son mandat à la tête du NPD, M. Mulcair s'est vraiment laissé aller durant son allocution, affirmant que, contrairement aux autres, il n'avait plus à s'en faire avec tout cela.

Le leader s'est fait montrer la porte par les néo-démocrates lors d'un récent congrès à Edmonton, mais il demeurera en poste jusqu'à ce que son successeur soit choisi.

Après avoir ri des sondages, des médias et de lui-même, il a conclu son discours.

«J'aurais encore bien des choses à dire, mais j'ai récemment été informé à Edmonton que je devais partir», a-t-il déclaré, avant de laisser tomber le micro sur la scène et de lancer «Mulcair a quitté l'édifice».

La Tribune de la presse parlementaire a été créée un an avant la Confédération afin de couvrir le déclin du gouvernement.

Les origines du dîner annuel remontent aux années 1870, certains journaux de l'époque ayant mentionné que John A. Macdonald y avait participé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer