Hamad «ni blanchi ni noirci» par la vérificatrice générale

Sam Hamad a préféré ne pas commenter l'enquête... (Photothèque Le Soleil, PC, Jacques Boissinot)

Agrandir

Sam Hamad a préféré ne pas commenter l'enquête de la vérificatrice générale, jeudi, «par respect pour les institutions» et les rapports à venir du Commissaire à l'éthique et du Commissaire au lobbyisme.

Photothèque Le Soleil, PC, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La vérificatrice générale (VG) ne peut «ni blanchir ni noircir» Sam Hamad dans le dossier Premier Tech pour lequel une subvention a été bonifiée sans explication de 1 million $. Le Parti québécois (PQ) exige la démission du député de Louis-Hébert.

Guylaine Leclerc n'a trouvé «aucun indice» d'une intervention politique inadéquate dans ses vérifications administratives de l'aide financière de 19,7 millions $ accordée à l'entreprise de Rivière-du-Loup.

Une enquête de la VG a été demandée après la publication de courriels suggérant que Sam Hamad, depuis exclu du Conseil des ministres, aurait cherché en 2012 à favoriser Premier Tech et l'un de ses représentants, Marc-Yvan Côté.

L'analyse de la VG démontre que la demande d'aide financière de l'entreprise a suivi toutes les étapes prévues.

Mais différents éléments dérangent Mme Leclerc. La part de l'aide financière sous forme de subvention est passée de 7,5 millions $ à 8,5 millions $ sans qu'une documentation appropriée soutienne cette augmentation. «Une somme importante», a noté la VG.

Préoccupée, elle a vérifié 20 autres dossiers comparables chez Investissement Québec (IQ). Elle en a déniché quatre du même genre. «Donc, la documentation n'est pas systématique» chez IQ, conclut Mme Leclerc. «Ce n'est pas une bonne pratique», ajoute-t-elle.

Elle juge aussi que le Conseil des ministres n'avait pas toute l'information nécessaire en main pour prendre une décision éclairée.

La VG n'est pas en mesure de dire si une influence politique a pu teinter le processus. Elle rappelle que sa vérification est strictement administrative. «Il y a beaucoup d'éléments que je ne peux pas mentionner parce que je ne les connais pas, a dit Mme Leclerc. Donc, qui a parlé à qui? Quelles sont les interventions? Je n'ai pas regardé ça. Le Commissaire à l'éthique, lui, regarde l'intention. Mon seul rapport ne peut ni blanchir ni noircir qui que ce soit.»

Investissement Québec a toujours nié toute intervention politique.

La vérificatrice générale, Guylaine Leclerc... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot) - image 2.0

Agrandir

La vérificatrice générale, Guylaine Leclerc

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Couillard heureux

Le principal intéressé, Sam Hamad, a préféré ne pas commenter jeudi, «par respect pour les institutions» et les rapports à venir du Commissaire à l'éthique et du Commissaire au lobbyisme. Son chef, Philippe Couillard, s'est dit «très content» du rapport. «Ça prouve qu'il ne faut pas porter de jugement trop tôt», a-t-il déclaré. 

Par contre, le leader parlementaire du PQ, Bernard Drainville, demande la démission pure et simple du député de Louis-Hébert. Selon lui, la trame des événements et les courriels révélés montrent clairement que la subvention a été haussée après une intervention de M. Hamad, à la demande de Marc-Yvan Côté. Ex-ministre et organisateur libéral, M. Côté a été banni à vie du Parti libéral du Canada dans la foulée de la commission Gomery.

«La seule explication possible, a lancé M. Drainville, c'est le déjeuner à 1 million $ avec Marc-Yvan Côté et le député de Louis-Hébert. Ça fait cher la tranche de bacon.»

Son vis-à-vis libéral, Jean-Marc Fournier, l'accuse de vouloir «réinventer une histoire» et de verser dans «l'acharnement très mal fondé» et le «salissage systématique». «Le député s'amuse à vouloir dire le contraire de ce qui est écrit par la vérificatrice», a déploré M. Fournier. 

Le caquiste François Bonnardel estime que «M. Hamad n'est pas blanc comme neige là-dessus». Comme son chef, M. Bonnardel estime que M. Hamad «n'a pas les qualités pour continuer d'être ministre».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer