Rona Ambrose s'en prend indirectement à Sophie Grégoire

Dans un discours aux délégués du congrès national... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dans un discours aux délégués du congrès national du Parti conservateur du Canada, à Vancouver, Mme Ambrose a lancé que la femme de l'ex-premier ministre Stephen Harper n'avait jamais adopté une attitude flamboyante, pour les caméras.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joanna Smith
La Presse Canadienne
Ottawa

En vantant jeudi soir le style discret de «son amie Laureen Harper», la chef intérimaire des conservateurs, Rona Ambrose, a visiblement lancé une pique à l'endroit de Sophie Grégoire, la femme du premier ministre Justin Trudeau.

Dans un discours aux délégués du congrès national du Parti conservateur du Canada, à Vancouver, Mme Ambrose a lancé que la femme de l'ex-premier ministre Stephen Harper n'avait jamais adopté une attitude flamboyante, pour les caméras.

Sans jamais mentionner Sophie Grégoire, tout le monde a entendu son nom résonner au détour de cet éloge.

À Ottawa, depuis quelques semaines, les conservateurs et les néo-démocrates critiquent les demandes de Mme Grégoire pour obtenir du personnel supplémentaire afin de l'aider à gérer ses nombreuses activités caritatives et apparitions publiques. L'opposition estime que cela démontre à quel point la famille Trudeau est déconnectée des réalités quotidiennes des Canadiens. Mme Grégoire dispose d'un adjoint, d'un chef cuisinier et de deux gouvernantes pour l'aider à s'occuper des trois enfants du couple.

Les adversaires se demandent aussi pourquoi ce sont les contribuables, et non le Parti libéral, qui doivent payer pour ses dépenses de fonctions, alors qu'elle n'a aucun rôle défini - contrairement à la conjointe du président américain, par exemple.

Alex Marland, expert en marketing politique à l'Université Memorial, soutient qu'il est risqué de critiquer une personnalité jouissant d'un certain charisme, parce que les gens ont tendance à lui laisser le bénéfice du doute.

Tim Powers, de la firme de lobbyisme Summa Strategies, d'Ottawa, croit que Mme Ambrose souhaitait surtout faire remarquer aux délégués conservateurs qu'il n'est pas nécessaire d'imiter les Trudeau pour gagner des votes. Car selon lui, certains conservateurs pourraient être tentés de choisir comme nouveau chef une célébrité - comme Kevin O'Leary, une vedette de la télévision. «Vous n'avez pas besoin d'être flamboyant pour réussir», a soutenu ce commentateur aux sympathies conservatrices.

Une analyste aux sympathies libérales, Amanda Alvaro, estime de son côté que Mme Ambrose a envoyé un mauvais message aux filles et aux femmes, en laissant entendre que l'épouse d'un premier ministre devrait rester dans l'ombre de son mari.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer