Irrégularités au MTQ: Poëti croyait que Couillard savait

«J'ai remis au chef de cabinet du premier... (La Presse Canadienne)

Agrandir

«J'ai remis au chef de cabinet du premier ministre exactement la même copie de lettre et je sais que, lorsque je remets dans les mains du chef du cabinet du premier ministre, que le premier ministre va être avisé», a indiqué M. Poëti mardi.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-ministre Robert Poëti s'attendait à ce que son chef, Philippe Couillard, soit informé de ses préoccupations quant à des «irrégularités» au ministère des Transports (MTQ).

Le 28 avril dernier, le député libéral a remis au chef de cabinet de M. Couillard, Jean-Louis Dufresne, une lettre qui faisait état de situations «inquiétantes» au MTQ. La veille, il avait transmis la même lettre à son successeur au conseil des ministres, Jacques Daoust.

«J'ai remis au chef de cabinet du premier ministre exactement la même copie de lettre et je sais que, lorsque je remets dans les mains du chef du cabinet du premier ministre, que le premier ministre va être avisé», a indiqué M. Poëti mardi.

Mercredi dernier, M. Couillard a dit avoir appris lors de son petit-déjeuner l'existence de la lettre. Son chef de cabinet avait décidé d'en référer au premier fonctionnaire, le secrétaire général du gouvernement, Roberto Iglesias, pour que des mesures soient prises. Sans mettre M. Couillard dans le bain.

«Écoutez, les règles à l'intérieur du cabinet du premier ministre sont gérées par les gens qui en font partie», a noté M. Poëti, qui se dit satisfait des actions prises pour calmer ses inquiétudes. L'ex-ministre des Transports n'a pas expliqué pourquoi il s'est senti l'obligation de transmettre ses préoccupations par écrit deux semaines après en avoir fait part verbalement à son collègue Daoust. «Je ne reviendrai pas sur la semaine dernière ou les semaines précédentes», a dit M. Poëti.

Mardi, le premier ministre a refusé de blâmer son chef de cabinet, un ami de longue date. Il a toutefois répété que le «flot d'information» à son cabinet «va s'améliorer ». «Les actions nécessaires ont été prises, autant sur le plan administratif que sur le plan policier», a affirmé M. Couillard.

Le chef par intérim du PQ, Sylvain Gaudreault, juge inconcevable que le premier ministre n'ait pas été mis au parfum. D'autant plus qu'un article de La Presse, en décembre, faisait déjà état d'un rapport d'audit interne inquiétant au MTQ : contrats accordés sans devis, sans appel d'offres, de façon rétroactive, de gré à gré, et avec des dépassements de coût.

«Soit le premier ministre s'est trompé [en plaidant l'ignorance], soit il ne savait rien depuis décembre, s'est emporté M. Gaudreault. Dans les deux cas, ça ne marche pas. C'est une faute grave qui n'est pas digne de sa fonction.»

L'opposition cherche une victime, dit Couillard

M. Couillard estime que l'opposition cherche une «victime expiatoire pour son gain politique» lorsqu'elle demande la démission de son chef de cabinet.

À la Coalition avenir Québec, le député Éric Caire s'est inquiété du sort de l'ex-sous-ministre aux Transports, Dominique Savoie, dégommée la semaine dernière. Il craint qu'elle continue à toucher son plein salaire malgré les «allégations très graves d'insubordination et de manque de loyauté» à son endroit. Dans l'entreprise privée, elle aurait été congédiée, croit M. Caire.

«Quand j'étais dans le privé, c'était peut-être la façon de faire, a convenu M. Daoust. Dans l'appareil gouvernemental, on parle de sécurité d'emploi.»

Mardi, une «demande formelle» à la Vérificatrice générale pour mettre son nez au MTQ a été formulée par Québec. Le MTQ octroie une «part importante» des 20 milliards $ donnés en contrats par l'État québécois chaque année, a noté le président du Conseil du trésor, Carlos Leitão. «Il est donc normal de nous assurer que l'ensemble des actions prises par le MTQ à l'égard des contrats publics soit réalisé dans les règles de l'art et en toute intégrité», a justifié M. Leitao.

Le ministre Leitao a aussi réitéré qu'il déposera avant la fin de la session parlementaire, le 10 juin, un projet de loi pour créer une Autorité des marchés publics (AMP). Cet organisme doit jouer un rôle de chien de garde dans les processus d'appels d'offres pour l'ensemble des contrats gouvernementaux. Une branche de l'AMP portera spécifiquement sur le MTQ. Ces dispositions devraient correspondre à la promesse faite la semaine dernière par le premier ministre de mettre sur pied un Bureau d'inspecteur général aux transports.

Pour mémoire, en mars, des ministres du gouvernement Couillard ont aussi annoncé la création de l'AMP, une recommandation de la commission Charbonneau. Cette annonce survenait quelques jours après l'arrestation de l'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau par l'UPAC.

Ouellet étonnée par la prise de position de Cloutier

Martine Ouellet... (Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Martine Ouellet

Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne

Candidate potentielle à la chefferie péquiste, Martine Ouellet a constaté mardi l'empressement de son collègue Alexandre Cloutier à intervenir dans le dossier des irrégularités alléguées au ministère des Transports.

Mme Ouellet, elle-même porte-parole péquiste en matière de transports, a affirmé que ce type de prises de position n'était pas courant durant la dernière course à la direction péquiste, il y a un an.

«À la dernière course, au niveau quotidien de ce qui se passait à l'Assemblée nationale, ça s'est fait de façon relativement conviviale, a-t-elle dit dans une mêlée de presse. On n'a pas vu de positionnement comme ça, aussi clair, dans un dossier quotidien. Mais ça se passe autrement cette fois-ci.»

Mardi, M. Cloutier, candidat à la succession de Pierre Karl Péladeau, a réclamé la démission du ministre des Transports, Jacques Daoust, qu'il accuse d'avoir ignoré des informations inquiétantes sur la gestion de son ministère.

«Jamais sous ma gouverne je n'aurais accepté ça. Pour moi, le ministre aurait été démis de ses fonctions», a-t-il dit.

Le chef intérimaire péquiste, Sylvain Gaudreault, s'est rallié à la proposition de M. Cloutier, tout en proposant de mandater une commission parlementaire.

Faire la lumière

«M. Cloutier a fait une intervention comme candidat à la chefferie, je ne suis pas contre ce qu'il a demandé, au contraire, a-t-il dit. Ce que je vous dis, c'est que l'opposition officielle va réclamer une commission parlementaire d'abord pour faire la lumière sur cette histoire.»

En sa qualité de porte-parole de l'aile parlementaire péquiste, Mme Ouellet a proposé d'approfondir en commission parlementaire les craintes exprimées par l'ex-ministre des Transports, Robert Poëti, qui ont plongé le gouvernement dans l'embarras la semaine dernière.

«Éventuellement, si M. Daoust n'a pas de réponses à nous donner, il devra réfléchir, a-t-elle dit. Mais dans un premier temps, il faut l'entendre en commission.»  

Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Transports: cette fois sera la bonne?

    Brigitte Breton

    Transports: cette fois sera la bonne?

    ÉDITORIAL / «On va faire la lumière, on va faire le ménage», a répété mardi le premier ministre Philippe Couillard qui était interrogé à nouveau sur... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer