La mairesse de Chandler suspendue

Louisette Langlois est mairesse de Chandler depuis 2009.... (Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Louisette Langlois est mairesse de Chandler depuis 2009. Elle était conseillère municipale auparavant.

Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Chandler) La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, «examine les avenues possibles» à la suite de sa sanction d'un mois sans salaire, qui commencera le 1er juin. La Commission municipale du Québec la blâme pour «non-respect de la ligne hiérarchique» et «absence de communications transparentes, franches et honnêtes».

«Quand on fait quelque chose, on se fait disputer. Et quand on ne fait rien, on se le fait dire par les citoyens», a réagi Mme Langlois, qui n'a pas voulu commenter davantage la décision.

En décembre 2013, la mairesse a demandé au trésorier de la Ville de dissimuler une somme de 135 000 $ dans le budget 2014 afin d'embaucher un greffier et un ingénieur. Deux postes qu'elle tenait à créer, mais pour lesquels elle n'avait pas l'appui du directeur général ni des conseillers municipaux.

Les 135 000 $ ont été camouflés dans un fonds consacré à l'entretien des chemins. «Il appert clairement que l'ajout d'un montant de 135 000 $ à ce fonds est incongru et trompeur», écrivent les commissaires.

Mme Langlois a invité le trésorier, Raymond Cyr, à taire l'ajout de cette somme, notamment à son directeur général. Elle a ainsi «placé ce fonctionnaire dans une situation intenable et la Commission le déplore fortement, tout comme elle déplore que Cyr ait menti sous serment pour la protéger», indiquent les commissaires dans une décision publiée lundi.

La mairesse avait «suffisamment d'expérience, étant mairesse depuis 2009 [...], pour savoir que la préparation du budget relève de la direction générale».

Mme Langlois n'a pas non plus informé les conseillers municipaux ni le Comité des finances pendant plus d'un mois après sa demande au trésorier.

Deuxième plainte rejetée

La Commission municipale a rejeté une deuxième plainte contre Mme Langlois. En février 2014, une employée de la Ville décèle des irrégularités dans les comptes d'un tournoi de hockey mineur. Elle s'en ouvre à la mairesse, qui demande à une firme comptable de vérifier les chiffres, sans en faire part au directeur général ni au conseil municipal.

La vérification blanchit le directeur du service des loisirs et les organisateurs et démontre que les revenus et les dépenses s'équilibrent. Dans ce cas, «cette vérification dans la confidentialité [s'imposait] pour protéger l'employée et conserver les documents justificatifs», juge la Commission.

Le conseiller municipal du secteur Newport, Luc Legresley, est à l'origine des plaintes contre la mairesse.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer