La semaine politique

Négocier comme Walmart (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Négocier comme Walmart

Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, s'est aperçu, au fil de la journée de mercredi, que sa comparaison avec Walmart n'était pas la meilleure. À deux reprises, il a déclaré qu'une «municipalité, ce n'est pas Walmart qui négocie avec ses employés». À la troisième, il a pris soin de lui-même laisser entendre que ce n'était pas le meilleur exemple. Les municipalités «ne sont pas là pour gérer comme Walmart gérerait une convention, s'il y avait une convention collective avec Walmart, on s'entend». On s'entend.

L'éthique, c'est sacré

Une motion présentée à l'Assemblée nationale sur les vins vendus dans les épiceries et dans les dépanneurs a donné lieu à une scène inusitée, mercredi. La députée caquiste Sylvie D'Amours s'est levée soudainement. Elle a demandé au président de l'Assemblée nationale de pouvoir quitter la salle afin de ne pas avoir à voter! Elle a expliqué qu'en raison de l'article 25 du code d'éthique des élus, elle devait se retirer. C'est qu'en votant, elle aurait été en conflit d'intérêts. Elle est propriétaire de l'entreprise Les Gestions Chou-Bec inc., dont les secteurs d'activité sont une ferme maraîchère et un vignoble. Le ministre Jacques Daoust a invoqué le même article de loi pour s'éclipser lui aussi.

De l'eau de roche

Le député de Rousseau, Nicolas Marceau, aime bien la clarté. Il l'a dit franchement. Il n'appuiera pas un collègue de la course à la direction si sa position sur la mécanique et l'échéancier référendaire n'est pas claire. Pourtant, lors de la dernière course, M. Marceau s'est rangé derrière Pierre Karl Péladeau, qui ne s'engageait qu'à répondre à ces questions avant les prochaines élections, en 2018. Alors, Monsieur Marceau, elle était suffisamment claire la position de PKP sur la mécanique référendaire? Oui? Alors, pouvez-vous nous l'expliquer? «Je vous dirai ça en temps et lieu.» Ah. D'accord. Vivement la clarté.

Ma parole!

«Les moyens vont être des moyens, et vont être les meilleurs moyens.»

- Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, refusant de dire si son gouvernement permettrait aux administrations municipales d'imposer par décret les conditions de travail de leurs employés.

Le centre du monde

Les gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont la fibre chauvine assez développée sans qu'on ne doive l'entretenir comme l'a fait le député péquiste de Rimouski, Harold Lebel, cette semaine. Celui qui a démissionné du poste de whip pour appuyer Alexandre Cloutier a fait comprendre qu'il se rendrait à l'officialisation de sa candidature. Il devait retourner de Québec jusque chez lui, dans le Bas-Saint-Laurent. «Je vais passer par Alma, a lancé le député Lebel. C'est sur ma route...» Bien oui. Tous les chemins mènent au Lac. C'est bien connu. Avec un premier ministre, un chef de l'opposition et un aspirant-chef du Parti québécois, les Bleuets ne manqueront pas de bomber le torse.

Les mises de... Côté

Chaque semaine, découvrez une des esquisses de caricature laissées en plan par André-Philippe Côté.

Négocier comme Walmart (Le Soleil, André-Philippe Côté) - image 7.0

Agrandir

Le Soleil, André-Philippe Côté

L'équipe du Soleil à l'Assemblée nationale

  • Jean-Marc Salvet, chef de bureau
  • Gilbert Lavoie
  • Simon Boivin

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer