Un appui «de la relève» pour Véronique Hivon

L'aspirante à la direction du Parti québécois, Véronique Hivon,... (La Presse Canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

L'aspirante à la direction du Parti québécois, Véronique Hivon, a dévoilé jeudi un cinquième appui au caucus péquiste en la personne du député Mathieu Traversy.

La Presse Canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À la veille de l'officialisation de la candidature d'Alexandre Cloutier, l'aspirante-chef Véronique Hivon a dévoilé jeudi un cinquième appui au caucus péquiste en la personne du député Mathieu Traversy.

La députée de Joliette a assuré qu'elle ne cherchait pas à couper l'herbe sous les pieds de son concurrent. Elle a dit s'être pliée à l'agenda de M. Traversy, député de Terrebonne, pour choisir le moment de l'annonce. 

«Je suis particulièrement touchée de l'appui de Mathieu», a déclaré Mme Hivon, au parc de la Francophonie. «Il représente vraiment pour moi ce que la relève au PQ [...] a de mieux à offrir dans notre députation.» 

Celle qui veut «réinventer le PQ» refuse d'accréditer l'idée que «l'establishment» et «l'ancienne garde» du parti tendent à se ranger derrière M. Cloutier. Les démissions de deux officiers - le whip Harold Lebel et la leader adjointe Agnès Maltais - pour soutenir le député de Lac-Saint-Jean viennent étayer cette thèse alimentée notamment par certains dans le camp Hivon. Une autre démission d'officier, celle de la présidente du caucus, Nicole Léger, a été confirmée jeudi. Les officiers doivent rester neutres pendant la course.

«Chacun est libre de son choix», a affirmé Mme Hivon. «Je n'ai pas à passer de jugement sur ça. Moi, je suis concentrée sur ma campagne. Je vous montre aujourd'hui que j'ai un membre fort de la relève. Je veux l'alliance des générations.» 

La candidate à la succession de Pierre Karl Péladeau estime que le soutien de ses collègues démontre que son message de changement porte au PQ. «Je pense qu'il y a une résonance, a-t-elle dit. Ce sont tous des élus qui sont connectés avec leur base, qui souhaitent sortir de nos certitudes, qu'on se pose les bonnes questions parce qu'on aime profondément notre PQ. On l'aime tellement qu'on veut le réinventer pour qu'il soit aussi inspirant que ce qu'il a pu être en 1976.» 

Carte «positive»

La députée de Joliette ne croit pas que sa détermination à jouer la carte «positive» pendant la campagne puisse lui nuire. «Ça me fait rire, ça, a-t-elle lancé. Oui, je suis gentille. Mais je suis aussi forte. Déterminée. Persévérante. Je pense que c'est une bonne combinaison. Je pense que l'empathie et la solidarité sont des valeurs que nos leaders devraient incarner.» 

Mme Hivon maintient qu'elle entend parler de souveraineté plutôt que de mécanique référendaire, notamment pour faciliter les pourparlers sur la convergence des forces indépendantistes. Et ce, même si le député de Québec solidaire Amir Khadir assure que cela ne nuirait en rien aux discussions. «J'en prends bonne note», a noté Mme Hivon. 

Alexandre Cloutier deviendra vendredi le deuxième candidat officiel à la course à la direction du PQ. L'annonce aura lieu à Alma. Outre Mme Maltais et M. Lebel, le doyen des députés péquistes, François Gendron, devrait aussi être sur place pour appuyer M. Cloutier. Tout indique que la nouvelle députée de Chicoutimi, Mireille Jean, devrait aussi pencher vers le camp Cloutier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer