Legault lance un nouvel appel aux nationalistes

Le chef caquiste François Legault... (Archives Le Nouvelliste, Olivier Croteau)

Agrandir

Le chef caquiste François Legault

Archives Le Nouvelliste, Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, lance un nouvel appel au rassemblement des forces nationalistes. «L'enjeu des prochaines élections sera de mettre fin au monopole libéral», réitère-t-il avant d'en appeler «à tous les nationalistes».

«Peu importe qui sera le prochain chef du Parti québécois. Il ou elle sera confronté(e) au même problème : une claire majorité de Québécois ne souhaite pas la tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec.»

«L'obsession du PQ de tenir un référendum est un mirage» servant les intérêts des libéraux, a écrit François Legault sur sa page Facebook, lundi.

«Pensons qu'au moment des prochaines élections, en 2018, les libéraux auront gouverné pendant 15 ans, sauf pour la brève parenthèse péquiste. S'il devait encore une fois l'emporter, le Parti libéral aura gouverné pendant presque 20 ans! Tout ça en se servant du mirage référendaire.»

Profil économique

En entrevue avec Le Soleil, le chef caquiste a soutenu que le Parti québécois a perdu une caution économique avec la démission de Pierre Karl Péladeau. Il s'estime désormais seul sur ce terrain à l'Assemblée nationale.

François Legault soutient ne voir aucun profil économique chez Véronique Hivon, pas plus que chez Alexandre Cloutier, un autre favori de la course qui s'amorce au Parti québécois. Il dit ne pas en voir de réellement concret chez deux autres candidats pressentis, Martine Ouellet et Nicolas Marceau.

«Ce sont des gens qui ne sont pas très proches des entrepreneurs, dit-il. Demain matin, on réunirait 100 entrepreneurs dans une salle. Disons qu'il y aurait Martine Ouellet, Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Nicolas Marceau et moi. Vous verriez qu'ils se reconnaîtraient plus en moi, parce que je suis un ancien entrepreneur.»

Depuis longtemps, M. Legault affirme qu'il faut sortir du débat découlant «de la polarisation imposée par le couple libéral-péquiste» - du débat entre fédéralistes et souverainistes. C'est cette polarisation qui nuit à son parti, selon lui.

Le chef de la Coalition avenir Québec mise sur la nouvelle donne politique ouverte par la démission de M. Péladeau pour y mettre un terme, ainsi que sur les priorités des Québécois qui changent avec les nécessités du temps, argue-t-il.

«On ne peut pas laisser les libéraux faire porter encore une fois la prochaine campagne électorale sur un éventuel référendum. Beaucoup d'entre nous ont été souverainistes ou fédéralistes. Écartons ces distinctions et rassemblons-nous plutôt pour construire un Québec plus fort à l'intérieur du Canada.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer