Véronique Hivon veut «réinventer» le PQ

Véronique Hivon fera cet été une tournée des... (La Presse Canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Véronique Hivon fera cet été une tournée des parcs de différentes régions pour aller à la rencontre des Québécois avec sa fille Iris et son conjoint Jacques Prégent, tous deux présents à l'annonce de lundi, à Joliette.

La Presse Canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Officiellement plongée dans la course à la chefferie, Véronique Hivon veut rebâtir la confiance envers les élus pour mieux vendre le projet de souveraineté à travers un «PQ réinventé».

Première à plonger dans la succession de Pierre Karl Péladeau, la députée de Joliette a souhaité «bâtir des ponts» et «tendre la main» pour redonner «un sens et de l'élan» à l'option indépendantiste.

L'aspirante chef refuse toutefois de s'aventurer dans les questions du processus et du calendrier référendaire. «Chaque fois qu'on va me parler de référendum, je vais vous parler de souveraineté, a répondu Mme Hivon. Je pense qu'il est temps qu'on parle du projet et pas de mécanique et de dates sur le calendrier.»

La souveraineté doit être un projet moins «désincarné», plus concret et près de la réalité et du quotidien des citoyens, plaide Mme Hivon. «La souveraineté doit redevenir porteuse de sens», dit-elle.

Quatre de ses collègues du caucus péquiste - Carole Poirier, Claude Cousineau, André Villeneuve et Sylvain Pagé - étaient avec elle en soutien à sa candidature, ainsi que des sympathisants de différents horizons.

La campagne au leadership de Mme Hivon s'articulera autour de quatre axes : justice sociale et équité; développement économique responsable; valorisation du français et de l'histoire nationale; réappropriation de notre vie démocratique.

Elle entend aussi faire de la conciliation entre la politique et la vie de famille l'un de ses chevaux de bataille. Il est pratiquement impossible, dit-elle, pour des parents de jeunes enfants d'aspirer aux plus hautes fonctions politiques. «Il faut s'attaquer à cet enjeu pour que notre classe politique puisse avoir des gens de tous les âges et de toutes les générations», a affirmé Mme Hivon. 

Signe des temps, elle fera une tournée des parcs cet été pour aller à la rencontre des Québécois avec son conjoint et sa fille. 

«Faire tomber les murs»

Mme Hivon vante son calme, ses capacités d'écoute et ses qualités de rassembleuse. Elle compte poursuivre le travail de convergence des forces souverainistes et se donne la mission de «changer la politique de l'intérieur». La députée souhaite «faire tomber les murs et bâtir les ponts» et faire une place «aux nouveaux arrivants comme aux anciens arrivés». 

Les règles qui encadreront la course à la chefferie du PQ seront entérinées par les présidents d'association de circonscription péquiste à la fin de mai. Le nouveau chef devrait être élu au mois d'octobre. 

Outre Mme Hivon, la candidature de son ami Alexandre Cloutier, qu'elle avait appuyé lors de la dernière course, devrait bientôt être confirmée. À ce sujet, l'aspirante chef promet que les différences entre leur programme respectif apparaîtront à mesure que la course avancera. Nicolas Marceau, qui souhaite une candidature plus économique, et Martine Ouellet sont aussi en réflexion. 

Lundi, Mme Ouellet a d'ailleurs présenté un programme de développement économique qui prévoit des investissements de 15 milliards $ d'ici 2030. Il y est question de modernisation des usines québécoises, d'électrification des transports et de rénovation de bâtiments.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer