Le prochain chef du PQ élu avant la mi-octobre

Les députés Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Martine Ouellet... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les députés Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Martine Ouellet et Nicolas Marceau pourraient briguer le poste.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Le Parti québécois (PQ) souhaite se donner un échéancier serré pour désigner un nouveau chef, qui sera élu au plus tard le 15 octobre, a annoncé le président du parti, Raymond Archambault.

En conférence de presse samedi à la permanence du PQ, à Montréal, M. Archambault, qui était accompagné du tout nouveau chef intérimaire, Sylvain Gaudreault, a précisé la marche à suivre pour la prochaine course à la direction du parti.

Les règles précises seront déterminées le 27 ou le 28 mai, lors d'une réunion de la Conférence nationale des présidents et des présidentes (CNPP), qui regroupera tous les représentants des 125 circonscriptions et de 17 régions, ainsi que l'exécutif national du parti et l'exécutif des jeunes.

Au terme de cette rencontre d'un jour, on saura les modalités de la course - dont les règles de financement, la tenue des débats et le nombre de signatures requises pour se présenter -, ainsi que le calendrier électoral.

Candidats connus fin juin

Selon M. Archambault, vers la fin du mois de juin, tous les candidats officiels devraient être connus.

Si un seul candidat se présente, on parlera alors d'un couronnement - comme cela a été le cas pour Bernard Landry, en 2001, et Pauline Marois, en 2007 -, mais les statuts du parti imposent la tenue d'une course si plus d'un prétendant se manifeste.

Même si «les finances vont bien», a répété plusieurs fois le président du parti, l'exécutif espère mener une course «qui ne coûtera pas trop cher».

«La nouvelle course à la direction du Parti québécois n'a pas été budgétisée dans le dernier budget. Alors nous devrons tenir compte de cette nouvelle dépense et nous devrons tenir compte du fait que les finances du parti, même si elles sont bonnes, elles méritent quand même un examen», a-t-il expliqué.

«Des choix à faire»

M. Archambault n'a pas voulu s'avancer sur ce que prévoit faire le parti pour limiter les dépenses. «Cela fait partie justement des discussions et des travaux que nous ferons au cours des prochains jours. Nous aurons des choix à faire», a-t-il souligné, ajoutant que ces mesures devaient faire consensus au sein du parti.

«Le Parti québécois est un parti en santé, avec des militants motivés, des militants mobilisés, avec un financement qui va bien», a renchéri Sylvain Gaudreault.

L'élection d'un nouveau chef à l'automne pourrait retarder la tenue du prochain congrès péquiste, qui est prévu pour juin 2017, a prévenu le président du parti.

M. Gaudreault, qui a été désigné chef intérimaire vendredi par les membres du caucus du PQ, a tenu une fois de plus à rappeler son devoir de neutralité dans la prochaine course.

«Je n'entends pas m'immiscer dans la course au leadership. C'est mon rôle comme chef intérimaire de maintenir le cap, d'être neutre, de m'assurer que le Parti québécois fasse son travail d'opposition officielle», a-t-il affirmé.

Les députés Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Martine Ouellet et Nicolas Marceau pourraient briguer le poste de chef du Parti québécois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer