Chef intérimaire du PQ: Maltais n'a pas l'intention d'abdiquer devant Gaudreault

Agnès Maltais a affrimé qu'elle avait l'appuis de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Agnès Maltais a affrimé qu'elle avait l'appuis de plusieurs autres députés péquistes pour le poste de chef intérimaire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il n'est pas question pour Agnès Maltais de baisser pavillon devant Sylvain Gaudreault pour le poste de chef intérimaire. L'affaire se règlera par un vote des députés péquistes.

«Écoutez, les parlementaires se parlent actuellement, a réagi la députée de Taschereau, jeudi, à Radio-Canada. Je peux vous dire que je me sens encore bien dans la position où je suis. Je me sens appuyée par bien des députés.»

L'aspirante chef intérimaire a été interrogée sur les évaluations du camp de son concurrent, M. Gaudreault, député de Jonquière, qui évalue avoir déjà en poche les deux tiers du caucus péquiste. Le camp Gaudreault a d'ailleurs souhaité convaincre Mme Maltais d'abandonner la «petite course» pour s'éviter un vote perdant, vendredi.

«C'est vendredi matin que ça va se régler, a indiqué Mme Maltais, qui a actuellement leader parlementaire adjointe Comme je vous dis, je me sens bien en selle.»

Certains députés, dont Mme Maltais, nous dit-on, n'ont pas beaucoup apprécié que M. Gaudreault s'affiche publiquement dès le lendemain de la démission de M. Péladeau comme un candidat à l'intérim. Mme Maltais a dû revenir de Paris à la hâte pour prendre sa place sur le terrain. «Les Québécois, les membres du PQ et les députés me connaissent depuis un certain temps, a déclaré Mme Maltais. Je pense qu'ils sont capables de faire un jugement non pas en 24h, mais bien en fonction de la solidité de la carrière que j'ai faite.»

La tenue d'une course pour l'intérim a un caractère inusité. Le choix d'un chef intérimaire se fait généralement à l'interne par les députés, et non à travers une campagne sur la place publique. Au sein du clan Gaudeault, on reconnaît ne pas avoir «joué le livre». Mme Maltais joue la carte de la rassembleuse.

«Les parlementaires échangent sur la meilleure personne pour assurer l'intérim pendant la course, a dit Mme Maltais. Tout cela se passe très bien. À la fin, surtout, c'est de retrouver l'unité de l'équipe. On est très attentif à ne pas briser ça.»

Le caucus parlementaire du PQ se réunira vendredi au Château Bonne Entente, à Québec, pour se choisir un nouveau chef. L'exécutif national du parti entérinera le choix en soirée et établira un calendrier pour l'élaboration des règles de la course à la direction. Ces règles devront être entérinées par une Conférence nationale des présidents et présidentes (CNPP) que le parti envisage tenir en juin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer