Le retour du recensement long

Le gouvernement avait annoncé le rétablissement du questionnaire... (Adrian Wyld, PC)

Agrandir

Le gouvernement avait annoncé le rétablissement du questionnaire long du recensement, et entendait appuyer davantage Statistique Canada «pour qu'il puisse améliorer notre compréhension des problèmes importants et qu'il nous aide à prendre de meilleures décisions», a indiqué le ministre des Finances, Bill Morneau.

Adrian Wyld, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jordan Press
La Presse Canadienne
Ottawa

À compter de lundi, Statistique Canada amorcera l'envoi des formulaires de recensement, ce qui marquera le retour du questionnaire long qui avait été remplacé par un sondage facultatif, il y a cinq ans.

Statistique Canada affirme que plus de 15 millions de ménages recevront les lettres de recensement sur une période de huit jours, ainsi qu'un rappel les invitant à remplir le questionnaire à la main ou bien en ligne, ce qu'ont fait la moitié des Canadiens il y a cinq ans.

Chaque ménage recevra un questionnaire court, tandis qu'un sur quatre recevra le questionnaire long.

Jusqu'à maintenant, cette année, environ 1700 Canadiens ont souscrit à un rappel en ligne de Statistique Canada leur rappelant de remplir leur formulaire, ce qui n'exige aucun enregistrement ni de long processus de téléchargement, selon l'agence. Les responsables du recensement ont visité plus de 60 pour cent des communautés des Premières Nations depuis le début du mois d'avril pour les aider à remplir le questionnaire.

Le recensement offre un portrait statistique de la population une fois aux cinq ans, en récoltant des informations démographiques sur chaque homme, femme et enfant vivant au pays, ainsi que sur les Canadiens vivant sur les bases militaires ou qui travaillent dans les ambassades.

Pour les budgets provinciaux, les estimations de la population dans le recensement déterminent la somme par habitant que chaque province recevra en transferts du gouvernement fédéral.

Pour les municipalités et les groupes communautaires, les détails démographiques des quartiers aident à la prise de décisions quant aux emplacements potentiels de nouvelles écoles, de routes de transit, des établissements pour personnes âgées et des services d'urgence.

Pour les entreprises, les données du recensement représentent un complément nécessaire aux grandes bases de données.

«Quelques personnes se demandent pourquoi on a besoin du recensement lorsqu'on a les bases de données», a expliqué Jan Kestle, présidente d'Environics Analytics.

«Lorsque vous combinez les données que nous pouvons récolter avec les données du recensement, vous pouvez vraiment avoir une vision plus intégrée de ce que les consommateurs veulent en termes de produits et de services, et c'est aussi vrai en termes de ce que les citoyens attendent du gouvernement.»

Le recensement est un processus imposant qui coûte environ 715 millions $ pour la période de sept ans nécessaire pour préparer, récolter, analyser et distribuer les résultats. Le coût final n'est pas connu jusqu'à deux ans après la période du recensement.

Décision controversée

L'ancien gouvernement conservateur avait remplacé le questionnaire long par un sondage facultatif, il y a cinq ans, dans une décision qui en avait surpris plusieurs et qui avait soulevé un tollé politique quant à la valeur des données récoltées par Statistique Canada dans les recensements de population réguliers. Ainsi, les résultats de 2011 ne permettent pas les comparaisons avec les années précédentes.

Dans l'une de ses premières décisions à son arrivée au pouvoir, le gouvernement de Justin Trudeau a ramené le questionnaire long obligatoire.

Mme Kestle croit qu'il restera des failles dans les données récoltées il y a cinq ans, mais affirme que le retour du questionnaire long permettra de combler plusieurs lacunes créées par l'absence du formulaire long en 2011.

«Pour être réaliste, c'est sûr qu'il y aura des lacunes (dans les données), mais je pense que le fait de rater un recensement n'est pas aussi pire que si (le questionnaire long) n'avait pas été ramené», a-t-elle commenté.

Le questionnaire long sera distribué dans un ménage sur quatre, en remplacement du sondage facultatif envoyé précédemment dans un ménage sur trois. Le fait de ne pas remplir le formulaire pourrait mener à une amende de 500 $, jusqu'à trois mois de prison ou les deux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer