Une réforme majeure de l'assurance-emploi réclamée

Pierre Céré veut interpeller le gouvernement sur le... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pierre Céré veut interpeller le gouvernement sur le fameux «trou noir» dans lequel sombrent annuellement quelque 15 000 travailleurs saisonniers.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Magdaline Boutros
La Presse Canadienne
Montréal

La Coalition des sans-chemise demande au gouvernement libéral de pousser encore plus loin sa réforme de l'assurance-emploi afin d'adapter le régime aux réalités des travailleurs d'aujourd'hui.

La coalition - qui regroupe plusieurs associations et syndicats - a lancé dimanche une campagne de cartes postales sur lesquelles est inscrit le message «L'assurance-emploi, c'est pour tout le monde!»

Les représentants du regroupement espèrent pouvoir rencontrer la ministre canadienne de l'Emploi MaryAnn Mihychuk à l'automne pour lui remettre 50 000 cartes postales signées.

Bien que la coalition salue les «nombreuses améliorations» apportées par les libéraux au régime d'assurance-emploi, elle souhaite sensibiliser le gouvernement à la nécessité de réformer en profondeur le programme.

«Les libéraux viennent d'apporter des modifications importantes à l'assurance-emploi», se réjouit en entrevue le porte-parole du Conseil national des chômeurs (CNC), Pierre Céré. Il cite notamment la révision du seuil d'admissibilité, la diminution du délai de carence et l'abolition de la réforme des conservateurs.

«Mais c'est un régime qui a été tellement malmené, poursuit-il. On l'a qualifié de monstre à mille têtes. C'est devenu un régime très inéquitable qui part dans toutes les directions, alors il faut vraiment le revoir de fond en comble.»

M. Céré veut notamment interpeller le gouvernement sur le fameux «trou noir» dans lequel sombrent annuellement quelque 15 000 travailleurs saisonniers.

Pendant quelques semaines, voire quelques mois, ces chômeurs ne reçoivent plus de prestations d'assurance-emploi, mais n'ont pas pour autant été rappelés sur leur lieu de travail.

«Ils se retrouvent sans revenu et doivent vivre sur la carte de crédit jusqu'à ce que leur emploi recommence», s'indigne M. Céré.

Quarante pour cent de ces travailleurs saisonniers se trouvent au Québec, alors que 30% d'entre eux travaillent dans les provinces atlantiques.

La Coalition demande également une augmentation du nombre de semaines de prestations offertes aux travailleurs aux prises avec une maladie grave.

M. Céré relève que 26 semaines de prestations sont maintenant offertes aux aidants naturels, alors que les malades ne peuvent recevoir que 15 semaines de prestations.

Les conditions d'admissibilité des travailleurs à temps partiel sont aussi ciblées par cette campagne. «Ils ont littéralement été exclus, éjectés du système», se désole-t-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer