La semaine politique

Cordonnier mal chaussé (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Cordonnier mal chaussé

Quand même étonnant d'apprendre cette semaine que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a pas de médecin de famille. «Moi, je n'en ai pas, a-t-il révélé. Je ne sais pas pourquoi. Je vais peut-être en avoir un bientôt.» Outre l'autodiagnostic, le radiologiste peut probablement compter sur les bons conseils du premier ministre ou du secrétaire général du gouvernement s'il ressent une petite faiblesse. Le ministre Barrette s'est fait poser la question alors qu'il annonçait la mise en place d'un nouveau guichet d'accès à un médecin de famille. Il a préféré ne pas préciser les raisons pour lesquelles lui-même n'en avait pas. «Je ne sais pas s'ils veulent m'avoir, a-t-il dit. Vous savez, on ne peut pas répondre aux sondages ni aux questions personnelles.»

Des gens d'affaires frileux?

Le chef caquiste n'avait pas de félicitations à adresser aux associations de manufacturiers et de gens d'affaires qui ont bien accueilli le plan stratégique d'Investissement Québec dévoilé par la ministre Dominique Anglade. Selon lui, en privé, les représentants du milieu patronal cassent du sucre sur le dos du gouvernement libéral et son manque d'action pour stimuler la création de richesse. Mais lorsque vient le temps de réagir à une position gouvernementale, ils se font tout miel. Ils craignent, affirme M. Legault, de perdre leur accès au pouvoir s'ils le critiquent. «J'ai de la misère avec eux autres, et je leur ai dit en privé», a déclaré le chef caquiste. «Eux calculent que garder des bonnes relations avec le PLQ, c'est bon pour leur lobby, sinon ils ne seront plus écoutés. Disons qu'ils sont complaisants à l'égard du PLQ.»

Ma parole!

«Je trouve que ça fait un peu anarchiste comme position.»

- Le ministre Martin Coiteux, s'adressant à un groupe d'opposants au futur registre des armes d'épaule

Maximiser l'effet

Provocateur, le solidaire Amir Khadir? Il aime maximiser les effets, en tout cas. En début de semaine, le député de Mercier a accusé l'ancien premier ministre Jean Charest d'être le «premier suspect» d'un système de financement illégal parce qu'il était aux commandes de la machine libérale lorsqu'elle a «commis des crimes». Il ne détesterait pas que M. Charest le poursuive. Il ne s'en est pas caché. S'il le faisait, M. Khadir refilerait la facture de sa défense aux contribuables du Québec. C'est l'Assemblée nationale qui devrait payer, selon lui. Une façon de bien faire comprendre que Jean Charest porterait l'odieux de tout.

Une pique et une charge

Une pique du péquiste Jean-François Lisée a entraîné une charge du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Le premier a accusé le second de dire des «absurdités pour discréditer une demande légitime» de représentantes de Parents jusqu'au bout. Réplique du ministre: «Tout le monde comprend la mécanique oratoire utilisée par le roi du sophisme, M. le Président.» Le président en question, celui de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, l'a invité à «retirer ses propos», ce que M. Barrette a fait, mais non sans ajouter ceci: «Je suis désolé de constater qu'en cette auguste Assemblée, l'histoire de l'Antiquité et de l'humanité soit devenue non parlementaire.» Comme dirait l'autre, c'est comme ça que ça se passe à l'Assemblée nationale.

Le Soleil à l'Assemblée nationale:

  • Jean-Marc Salvet, chef de bureau
  • Gilbert Lavoie
  • Simon Boivin

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer