Les pharmaciens retiennent les services de Lucien Bouchard

Lucien Bouchard représentera les pharmaciens propriétaires dans les... (Archives La Presse)

Agrandir

Lucien Bouchard représentera les pharmaciens propriétaires dans les procédures entourant l'avis de différent qu'ils ont transmis mercredi au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et à la Régie de l'assurance-maladie du Québec.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les pharmaciens propriétaires ont retenu les services de l'ancien premier ministre Lucien Bouchard pour les représenter dans les procédures entourant l'avis de différend qu'ils ont transmis mercredi au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et à la Régie de l'assurance maladie du Québec.

Cette démarche fait suite à la publication du nouveau Règlement sur les avantages associés à un pharmacien, qui ne respecte pas l'entente signée en juin 2015 par le ministre Barrette et les pharmaciens propriétaires. Il s'agit d'un mécanisme légal prévu à ladite entente, explique l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) dans un communiqué.

«Le ministre ne respecte ni l'esprit ni la lettre de son engagement auprès des pharmaciens propriétaires; il donne même des indications permettant de conclure qu'il a fait défaut de se comporter de bonne foi», souligne dans ce communiqué Me Lucien Bouchard, avocat associé chez Davies Ward Philips & Vineberg, ajoutant que «les pharmaciens propriétaires ont toutes les raisons de considérer avoir fait l'objet d'un réel affront». 

En vertu de l'entente conclue en juin, les 2048 pharmaciens propriétaires acceptaient, sous la menace de l'application de la loi 28 qui les aurait privés de 200millions$ par année pendant cinq ans, de contribuer à l'effort budgétaire du gouvernement en lui versant 400 millions $ sur trois ans, à même leurs honoraires.

Déplafonnement retardé

En guise d'atténuation, le gouvernement s'était engagé à déplafonner pour une période de trois ans les allocations professionnelles (le montant que remettent aux pharmaciens les compagnies de médicaments génériques en fonction de leurs achats d'un médicament donné).

Or voilà, le règlement publié mardi dans la Gazette officielle du Québec annonce que le plafond des allocations professionnelles des pharmaciens ne sera complètement levé que dans neuf mois.

Le ministre de la Santé a justifié mercredi sa décision par le fait que «l'environnement a changé» au cours des derniers mois dans le contexte du projet de loi 81 visant à réduire le coût de certains médicaments. «Les pharmaciens ont dit publiquement que la ponction [salariale] dans l'entente aurait été compensée si le plafond des ristournes était à 23 %. Ça, c'est eux qui le disent. Moi je ne suis pas allé à 23 %, mais à 25, puis 30 %», a dit le ministre en entrevue à Radio-Canada.

Selon le président de l'AQPP, Jean Thiffault, «le ministre tente de minimiser le non-respect de sa signature en manipulant des chiffres attribués à l'AQPP, pris totalement hors contexte; il essaie encore de faire diversion pour qu'on oublie son geste impardonnable». D'autant plus que quand l'entente a été signée, les pharmaciens propriétaires ignoraient la venue du projet de loi 81, plaide-t-il. 

L'AQPP estime que le nouveau règlement du ministre cause un manque à gagner au 31 décembre 2016 de 82 millions $ par rapport à l'entente signée.

Le ministre Barrette a dit prendre acte de l'avis de différend. «Nous considérons que nous avons respecté ce qui avait été convenu. Nous ne ferons pas de commentaires supplémentaires», a indiqué au Soleil son attachée de presse, Julie White.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer