Québecor est partout, «faut pas capoter avec ça», dit Péladeau

Pierre Karl Péladeau... (Photothèque, Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Photothèque, Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, ne croit pas qu'il faille s'inquiéter de la place grandissante de Québecor, dont il est actionnaire de contrôle, dans l'espace public de la capitale.

Le chef de l'opposition a réagi à une chronique de François Bourque, publiée dans Le Soleil, jeudi, sur l'implication grandissante de l'entreprise à Québec et l'influence que cela peut lui donner sur le pouvoir politique.

«Bien là, je pense que - excusez-moi l'expression -, il ne faut pas capoter, là, a déclaré M. Péladeau. Québecor est actif dans un certain nombre d'activités, comme SNC dans d'autres activités. Donc, je présume qu'elles vont se cantonner à l'exercice de ces activités, à l'expertise qui est la leur, puis ils ne sortiront pas de là.»

La liste des événements dans lesquels Québecor est partie prenante d'une façon ou d'une autre à Québec est longue. «Est-ce que Québecor est une importante entreprise au Québec? Je pense que dire l'inverse, ce serait tromper la population. Est-ce que Québecor est présente partout au Québec? Mais, certainement. Est-ce que Québecor est présente à Québec? Certainement.»

Le président-directeur général du Centre des congrès de... (Collaboration spéciale Valérie Gaudreau) - image 2.0

Agrandir

Le président-directeur général du Centre des congrès de Québec, P.-Michel Bouchard et le cofondateur de Gestev, Patrice Drouin, accompagnent le maire Régis Labeaume à Lausanne.

Collaboration spéciale Valérie Gaudreau

Le chef de l'opposition a aussi été interrogé sur la présence du patron de Gestev-Québecor, Patrice Drouin, aux côtés du maire Labeaume à Lausanne, dans le cadre des démarches «exploratoires» pour une candidature aux Jeux olympiques. Un spécialiste en enjeux éthiques de l'Université Laval, M. Patrick Turmel, a été cité sur le sujet dans Le Soleil, jeudi. «Il est assez inquiétant que la Ville soit accompagnée dès le départ, au moment où elle entreprend sa réflexion, par un acteur qui a tout à gagner», a analysé le professeur Turmel. 

M. Péladeau connaît «personnellement» le patron de Gestev et lui reconnaît son expertise. Mais il convient que «c'est quelque chose sur lequel (le maire Labeaume) devrait s'interroger, effectivement». «Est-ce qu'il lui a octroyé un contrat? Je n'ai pas les détails de l'entente, mais je sais que les deux se connaissent. (...) Mais je ne sais pas s'il y a une rémunération ou non entre les deux.»

M. Drouin s'est rendu à ses frais en Suisse et n'a aucun contrat avec la ville pour du démarchage olympique, a indiqué la Ville de Québec.

Le chef du PQ a par ailleurs réitéré qu'il n'est plus à la tête de Québecor depuis presque deux ans et qu'il n'a aucune intention de se départir de ses actions de l'entreprise qui lui «ont été léguées par (son) père». 

Le Parti libéral n'a pas voulu commenter la situation. À la Coalition avenir Québec, le chef François Legault a renvoyé au maire de Québec les questions sur la présence du patron de Gestev à Lausanne. 

Sur la participation de Québecor dans différentes sphères d'activités à Québec, M. Legault croit que «ça doit être gérable». «Pour ce qui est de TVA, du Journal de Montréal et du Journal de Québec, ça, c'est une autre affaire», a déclaré M. Legault. «J'ai déjà dit ce que j'avais à dire là-dessus», a affirmé M. Legault, référant à ses craintes que la couverture médiatique soit biaisée en raison de l'ascendant de M. Péladeau sur son entreprise.

Le député solidaire Amir Khadir s'appuie sur le changement contractuel qui soustrait à la Loi sur l'accès à l'information les revenus, pertes et prévisions du Centre Vidéotron pour demander plus de transparence. «Une chose est certaine, dit-il, lorsqu'une autorité municipale fait affaire avec une entreprise privée, qu'elle met des infrastructures publiques au service d'une entreprise privée, le minimum est de s'assurer qu'il y a une transparence totale. Dans ce cas-ci, nous sommes préoccupés que ce soit le contraire qui se produise.»

Partager

À lire aussi

  • François Bourque | <i>Des Jeux pour qui?</i>

    François Bourque

    Des Jeux pour qui?

    CHRONIQUE / La présence du président de Gestev-Québecor avec le maire de Québec pour une rencontre privée avec le CIO soulève plusieurs questions... »

  • Coderre écarte la rivalité avec Labeaume

    Des JO à Québec ?

    Coderre écarte la rivalité avec Labeaume

    Le maire de Montréal assure que les commentaires de son homologue de Québec sur l'appui espéré à la possibilité de projet de présentation des Jeux... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer