Charest défend ses ex-ministres Normandeau et Hamad

En marge d'une allocution à l'Université McGill, l'ex-premier... (La Presse, André Pichette)

Agrandir

En marge d'une allocution à l'Université McGill, l'ex-premier ministre Jean Charest a estimé que Sam Hamad avait «posé un bon geste» en décidant de faire appel au Commissaire à l'éthique.

La Presse, André Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Jean Charest a défendu lundi deux de ses anciens ministres, Nathalie Normandeau et Sam Hamad, qui, pour des raisons différentes, font l'objet de controverses ces temps-ci.

En marge d'une allocution à l'Université McGill, l'ex-premier ministre a estimé que M. Hamad avait «posé un bon geste» en décidant de faire appel au Commissaire à l'éthique.

D'après des courriels internes de l'entreprise Premier Tech dévoilés par Radio-Canada, M. Hamad, qui s'est retiré volontairement de ses fonctions de président du Conseil du trésor, aurait transmis des informations stratégiques à l'ex-ministre libéral et organisateur politique Marc-Yvan Coté, qui occupait le poste de vice-président du conseil d'administration de l'entreprise.

Quant à l'ancienne vice-première ministre Normandeau, visée par une kyrielle d'accusations - dont complot, corruption, fraude envers le gouvernement - après avoir été arrêtée par l'Unité permanente anticorruption (l'UPAC) le mois dernier, M. Charest a réitéré sa confiance à l'égard de cette dernière.

L'allocution de Jean Charest a été perturbée par... (La Presse, André Pichette) - image 2.0

Agrandir

L'allocution de Jean Charest a été perturbée par des manifestants qui l'on invectivé en plus de brandir des affiches dénonçant le Plan Nord ainsi que les oléoducs.

La Presse, André Pichette

C'était la première fois que M. Charest commentait la rafle de l'UPAC, au cours de laquelle M. Côté a notamment été appréhendé.

Même si les faits allégués se seraient déroulés alors que M. Charest était premier ministre, celui-ci n'a pas voulu dire si une part de responsabilité lui revenait.

Questionné par les journalistes, il s'est contenté de répondre que des «processus» étaient engagés et qu'il verrait les résultats.

L'allocution de l'ancien premier ministre a par ailleurs été perturbée par des manifestants qui l'on invectivé en plus de brandir des affiches dénonçant le Plan Nord ainsi que les oléoducs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer