Premier Tech a fait confiance à Marc-Yvan Côté pendant plus de 20 ans

Marc Yvan Côté, ex-vice-président principal, développement des affaires... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Marc Yvan Côté, ex-vice-président principal, développement des affaires chez Roche, à la Commission Charbonneau le 11 juin 2014.

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré son bannissement à vie du Parti libéral du Canada à la suite de son passage devant la commission Gomery sur le scandale des commandites, malgré son témoignage devant la commission Charbonneau et les perquisitions effectuées chez lui par l'Unité permanente anticorruption (UPAC), l'ex-ministre Marc-Yvan Côté a continué de bénéficier de la confiance de Premier Tech, qui l'a maintenu à son conseil d'administration pendant 22 ans avant de rompre les liens avec lui, le 17 mars dernier, jour de son arrestation.

Dans un communiqué diffusé en fin de soirée, jeudi, Premier Tech mentionne que Marc-Yvan Côté, qui a été nommé au conseil d'administration en 1994 à titre d'administrateur externe, «n'a jamais été un employé ni un dirigeant» de la société de Rivière-du-Loup. Plus précisément, M. Côté siégeait à titre de vice-président du conseil d'administration.

«Le 17 mars 2016, le mandat de M. Marc-Yvan Côté comme administrateur externe a été terminé par Premier Tech, considérant la nature des accusations portées contre lui», écrit la responsable des communications de la compagnie, France Bégin Parent.

Mme Bégin Parent assure ensuite que toutes les contributions électorales faites par les dirigeants de Premier Tech, ou par les membres de leur famille, l'ont été «dans le plus strict respect des dispositions législatives applicables».

«Un faible nombre de dirigeants de Premier Tech ont historiquement contribué, de manière assez marginale, au financement populaire de divers partis politiques, autant provinciaux que fédéraux. Premier Tech ignore tout des contributions politiques de Marc-Yvan Côté ou des membres de sa famille», ajoute-t-elle.

Selon le reportage de l'émission Enquête, plus de 20 000 $ auraient été versés au Parti libéral du Québec (PLQ) entre 2008 et 2012 par certains dirigeants et administrateurs de Premier Tech, et certains dons auraient été faits dans la circonscription de Sam Hamad, même si les donateurs n'habitent pas dans le secteur. Quant à Marc-Yvan Côté, sa famille immédiate et lui auraient donné plus de 17 000 $ au PLQ dans les mêmes années.

France Bégin Parent assure par ailleurs que Premier Tech «respecte les règles entourant le lobbying» et que «ses employés et dirigeants responsables à cet égard sont dûment enregistrés pour tous les dossiers actifs». À Enquête, le président de Premier Tech, Jean Bélanger, a néanmoins reconnu que Marc-Yvan Côté aurait dû s'enregistrer comme lobbyiste.

L'émission a mis la main sur des échanges de courriels entre Yves Goudreau, vice-président au développement corporatif de Premier Tech (M. Goudreau est inscrit au Registre des lobbyistes), Jean Bélanger et Marc-Yvan Côté, puis entre M. Gaudreau et le chef de cabinet de Sam Hamad révélant que le ministre était une source d'information stratégique et qu'il faisait avancer les dossiers de M. Côté au gouvernement.

Plus particulièrement, les courriers électroniques laissent entendre que le ministre Hamad aurait travaillé afin de convaincre le Conseil du trésor de verser une subvention à Premier Tech et qu'il aurait donné de l'information sur les délibérations au Trésor, généralement confidentielles.

Finalement, l'entreprise a reçu en mai 2012 un prêt de 11 millions $ et une subvention de 8 millions $ pour lui permettre de réaliser un projet intitulé Programme FAIRE (pour Fabrication avancée et innovation pour renforcer l'excellence). Jean Charest s'était rendu à Rivière-du-Loup le 7 mai pour en faire l'annonce.

Le ministre Hamad s'est défendu jeudi soir en affirmant n'avoir fait que son travail. Il a également assuré n'avoir jamais révélé ce qui se passait au Conseil du trésor.

Plusieurs millions de Québec et d'Ottawa

Considérée comme un fleuron économique au Bas-Saint-Laurent, Premier Tech est une compagnie spécialisée en produits d'horticulture et d'agriculture, en équipements industriels et en technologies environnementales qui emploie plus de 3250 personnes dans 24 pays (1300 au Québec) et qui a reçu des millions de dollars des gouvernements fédéral et provincial. Son chiffre d'affaires annuel est évalué à 500 millions $.

L'appel du Soleil à la porte-parole de Premier Tech était resté sans réponse au moment d'écrire ces lignes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer