Jean Lapierre, un «personnage unique», dit Couillard

«La question qu'on posait le matin vers 10h-11h,... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

«La question qu'on posait le matin vers 10h-11h, c'est "Bon, de quoi Lapierre a parlé ce matin?"» a dit Philippe Couillard, mercredi. «Il donnait le ton. Non pas qu'on était toujours d'accord avec chaque point de détail, mais le sujet dominant de la journée en général était celui sur lequel il s'était prononcé.»

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean Lapierre a été un commentateur unique en son genre, près des gens, et capable d'influencer l'agenda politique, a souligné mercredi le premier ministre Philippe Couillard.

Au lendemain de la «mort tragique» de l'ex-politicien et commentateur omniprésent dans l'espace médiatique, M. Couillard lui a rendu hommage à l'entrée du Conseil des ministres. 

Dans la multitude d'analystes de la scène politique, Jean Lapierre se distinguait. «La question qu'on posait le matin vers 10h-11h, c'est : "Bon, de quoi Lapierre a parlé ce matin? a dit M. Couillard. Il donnait le ton. Non pas qu'on était toujours d'accord avec chaque point de détail, mais le sujet dominant de la journée en général était celui sur lequel il s'était prononcé.» 

Sans nécessairement guider les décisions et les politiques gouvernementales, les interventions du commentateur attiraient l'attention des décideurs. «Il avait ses propres commentaires, ses propres façons de faire, ses propres idées, a indiqué M. Couillard. Moi, c'est ce que je recherche. C'est le sérieux de l'information de base, et l'originalité du propos. C'est ça qui peut m'aider à réfléchir sur des politiques ou des orientations et parfois les modifier.»

Le premier ministre a évoqué les tournées parallèles que menait M. Lapierre en campagne dans son propre autobus pour sentir le pouls des électeurs. «C'est une figure importante de notre monde politique qui part, et je crois qu'il sera difficile, sinon impossible à remplacer, a dit M. Couillard. Un personnage unique. [...] Il faisait les choses différemment.»

Tous les ministres interrogés mercredi matin ont eu une pensée pour la mère de M. Lapierre, qui a perdu son mari et quatre enfants en quelques jours, et l'ensemble des familles des disparus. 

Depuis son arrivée en poste, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, assure ne pas avoir manqué «une seule» intervention de M. Lapierre à la radio. «Même en vacances», a dit M. Barrette, qui a insisté sur la personnalité inchangée du commentateur en public comme en privé. 

«C'est clair que son opinion avait un impact, a ajouté M. Barrette. D'autant plus que lorsqu'il décidait de s'attarder à un sujet, il était capable de le maintenir en vie longtemps.»

«Tout le monde écoutait ce qu'il avait à dire et lisait ses "rétros"», indique la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée. «Les commentaires n'étaient pas toujours faciles, mais ils étaient sentis et parfois ça nous oblige à donner le meilleur de nous-mêmes», a-t-elle ajouté. 

Martine Lapierre, la soeur décédée dans le même accident, était directrice des ressources humaines au ministère de la Famille, a souligné la ministre Francine Charbonneau. «Ça se vit durement, a-t-elle affirmé. Personne ne s'y attend. Ce n'est pas qu'une personne qui nous a quittés. C'est sept. En arrière de chacune, il y a des familles.»

La vice-première ministre Lise Thériault reconnaît que certaines opinions du chroniqueur ont influencé son travail. Elle note aussi que M. Lapierre avait récemment appelé à «passer à autre chose de plus important» que la controverse sur l'étiquette de féministe. «Il avait drôlement raison», a-t-elle dit.  

Le ministre de l'Agriculture, Pierre Paradis, a déclaré qu'il avait le don rare de savoir «lire l'âme du peuple».

«Il était comme il était jusqu'à la fin»

Par ailleurs, le ministre fédéral de la Famille, Jean-Yves Duclos, a également tenu à rendre hommage à Jean Lapierre. Il l'a connu en 1984, alors qu'à 19 ans, il occupait l'emploi de page au parlement canadien, et que M. Lapierre venait d'être élu député, à 23 ans. «J'ai eu le privilège de l'observer au tout début de sa carrière politique. Il était comme il était jusqu'à la fin», soutient le ministre de Québec. «Il écoutait beaucoup. C'était une antenne bidirectionnelle. Il recevait beaucoup de choses et en émettait aussi beaucoup et ça a servi la classe politique.»  

Avec Patricia Cloutier

Partager

À lire aussi

  • Un avion sur une pente ascendante

    Transports

    Un avion sur une pente ascendante

    Le type d'appareil dans lequel prenaient place les victimes de l'écrasement aux Îles-de-la-Madeleine, le MU-2B-60, a certes connu des années noires,... »

  • Incapables de prendre l'avion

    Société

    Incapables de prendre l'avion

    Les enfants des membres décédés de la famille Lapierre, mais aussi ceux de Laure Lapierre et de Denis Fréchette, ont préféré se rendre par voie... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer