Contrat avec l'Arabie saoudite maintenu par «conviction responsable», justifie Dion

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane... (Photo Adrian Wyld, archives PC)

Agrandir

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion.

Photo Adrian Wyld, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Le maintien du contrat de véhicules blindés entre le Canada et l'Arabie saoudite découle de la doctrine de la «conviction responsable» que le ministre des Affaires étrangères dit avoir l'intention de suivre.

Dans une allocution prononcée mardi à l'Université d'Ottawa, Stéphane Dion a de nouveau défendu la décision du gouvernement libéral d'honorer cette entente d'une valeur de 15 milliards $ conclue sous le précédent gouvernement conservateur.

Il a réitéré que l'annulation du contrat pourrait entraîner des «amendes salées» pour le Canada, refusant toutefois de préciser quel pourrait être le montant de cette pénalité financière lorsque la question lui a été posée après son allocution.

Le ministre Dion a également fait valoir qu'il importait peu, pour Riyad, «que l'équipement vienne d'une usine de Lima, en Ohio, ou de Stirling Heights, au Michigan, plutôt que d'une usine de London, en Ontario».

Cet argument a plus tard été qualifié de «très, très faible» par l'ex-haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Louise Arbour, l'une des oratrices invitées à la conférence «Le Canada sur la scène internationale», qui se tient mardi et mercredi à l'Université d'Ottawa.

«De dire: «Si ce n'est pas nous qui allons faire ça, quelqu'un d'autre va le faire», à mon avis, ça ne dit rien à propos de nos choix de valeurs», a-t-elle dit lors d'une mêlée de presse.

«Si on se servait de ça comme argument, on pourrait excuser les pires comportements», a tranché Mme Arbour.

La juge à la retraite de la Cour suprême du Canada suggère qu'Ottawa cherche à tirer profit de son lien contractuel pour faire progresser le dossier du blogueur Raïf Badawi, qui est emprisonné depuis plus de trois ans pour avoir critiqué des dirigeants religieux saoudiens.

«Ça ferait plaisir aux Canadiens de voir un pays cocontractant [...] faire un geste qui ne leur coûterait pas beaucoup, mais qui aurait beaucoup d'impact, je pense, dans l'opinion publique canadienne envers l'Arabie saoudite», a exposé Mme Arbour.

L'attachée de presse du ministre des Affaires étrangères n'a pas offert de réaction à cette proposition.

«Nous souhaitons vivement la libération de M. Badawi et le ministre Dion et va continuer de réclamer la clémence dans son cas», s'est contentée de réitérer Chantal Gagnon dans un courriel.

L'Occident complice?

Stéphane Dion a refusé mardi de se prononcer sur les écrits de l'un de ses conseillers, Jocelyn Coulon, qui accusait indirectement l'Occident de tolérer la violation des droits de l'homme en Arabie saoudite en échange de lucratives ententes commerciales.

«Il y a longtemps que l'Arabie saoudite a acheté le silence des Occidentaux par ses juteux contrats civils et militaires», a écrit l'ancien directeur du Réseau de recherche sur les opérations de paix dans une lettre ouverte parue en janvier 2016 dans le quotidien La Presse.

Invité à dire s'il partageait cette vision, Stéphane Dion n'a pas voulu se mouiller.

«Je ne veux pas commenter les écrits passés de mes collaborateurs, parce que ça pénalise les gens qui écrivent. À ce moment-là, on embauchera seulement des gens qui n'ont jamais rien écrit de leur vie», a-t-il offert.

«Cela dit, on ne peut pas acheter le gouvernement Trudeau, c'est impossible», a insisté M. Dion.

Rupture avec la doctrine conservatrice

En mettant de l'avant la doctrine de «conviction responsable» dans son discours, Stéphane Dion semble avoir voulu marquer une nette rupture entre la politique étrangère des libéraux de Justin Trudeau et celle qui prévalait sous les conservateurs de Stephen Harper.

Il a ainsi soutenu que le rétablissement des liens diplomatiques avec l'Iran et le réchauffement de la relation avec la Russie suivaient ce principe directeur.

«Le Canada doit cesser d'être pour ainsi dire seul à pratiquer la politique de la chaise vide face à la Russie, car ce faisant, il se pénalise lui-même», a insisté M. Dion.

Le diplomate en chef du Canada a reproché aux conservateurs d'avoir coupé les ponts avec ces nations pendant leur décennie passée au pouvoir à Ottawa, ce qui n'a selon lui eu «aucune conséquence positive».

Il a plaidé que le gouvernement de Justin Trudeau n'éprouvait «pas plus de plaisir [...] à côtoyer des régimes autoritaires» que le précédent gouvernement, mais que «le monde est imparfait», et que «pour l'améliorer il faut s'y engager les yeux ouverts, et non pas s'en retirer».

Il a par ailleurs confirmé que sous les libéraux, le Bureau de la liberté de religion fondé par les conservateurs ne demeurerait pas en place.

«Nous croyons que les droits de la personne sont mieux défendus lorsqu'ils sont considérés comme étant «universels, indissociables, interdépendants et intimement liés», selon la formulation de la Déclaration de Vienne», a-t-il dit, promettant néanmoins de défendre «bec et ongles» cette liberté.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer