Le pape François dénonce le terrorisme et «l'indifférence»

Le pape François a une fois de plus condamné... (AFP, Tiziana Fabi)

Agrandir

Le pape François a une fois de plus condamné «l'indifférence et le manque d'hospitalité» à l'endroit des migrants qui risquent leurs vies pour fuir la guerre et la pauvreté en quête d'un monde meilleur en Europe.

AFP, Tiziana Fabi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Rome

À la traditionnelle procession de chemin de croix du Vendredi saint, le pape François a dénoncé ceux qui commettent des «actes terroristes» en profanant le nom de Dieu, et a déploré le «silence lâche» entourant les meurtres «barbares» de chrétiens.

Le souverain pontife a une fois de plus condamné «l'indifférence et le manque d'hospitalité» à l'endroit des migrants qui risquent leurs vies pour fuir la guerre et la pauvreté en quête d'un monde meilleur en Europe.

Évoquant l'image de Jésus sur la croix, François a dit qu'on le voyait «dans le visage des enfants, des femmes et des gens» qui veulent échapper à la guerre et la violence et qui, finalement trouvent la mort.

Le Saint-Père a parlé des mers Méditerranée et Égée comme des «cimetières insatiables», qui sont la «réflexion de notre conscience indifférente et endormie».

Par rapport aux attaques des extrémistes en Europe, en Irak et ailleurs, le pape a dénoncé les «expressions du fondamentalisme» et les «actes terroristes perpétrés par des fidèles à des religions qui profanent le nom de Dieu» et qui utilisent «le nom saint pour justifier leur violence sans précédent».

Plus tôt cette semaine, François avait qualifié les attaques à Bruxelles «d'abominations criminelles».

Vêtu d'un long manteau blanc pour braver le froid en soirée, le pape a présidé la procession de chemin de croix au Colisée de Rome - un symbole des martyrs chrétiens.

Faisant encore référence à Jésus sur la croix, le pape a dit qu'on le voyait également chez «nos soeurs et nos frères tués, brûlés vifs, dont la gorge est coupée, qui sont décapités par des lames barbares sous un silence lâche».

Au fil de sa papauté, François a souvent condamné la persécution et l'assassinat de chrétiens en raison de leur foi au Moyen-Orient.

En mettant fin à la messe au Colisée, le pape a dit avec «certitude» que l'amour de Dieu ne serait pas obscurci par «la victoire apparente du mal».

La messe du Vendredi saint a attiré des milliers de pèlerins, qui se sont soumis à des mesures de sécurité resserrées dans la foulée des attentats survenus cette semaine à Bruxelles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer