Budget: le deuxième enfant coûtera moins cher dans les garderies subventionnées

En vertu de modifications apportées à la loi... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, archives La Presse)

Agrandir

En vertu de modifications apportées à la loi en 2010, Québec peut imposer une amende pouvant aller jusqu'à 500 $ à un CPE ou à une garderie privée pour chaque manquement aux règles sur la qualité des services.

Photo Sarah Mongeau-Birkett, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors que plusieurs parents s'apprêtent à sortir le chéquier pour payer la contribution supplémentaire pour leur garderie subventionnée, le gouvernement annonce un rabais de 50% pour le deuxième enfant. Une mesure qui permettra à 30 000 familles de recevoir une facture un peu moins salée, dès ce printemps. 

Les utilisateurs des garderies à 7,55$ par jour doivent, depuis le 22 avril 2015, payer un coût additionnel pour leurs enfants, qui varie en fonction du revenu familial. Une place subventionnée peut ainsi coûter jusqu'à un maximum de 20,70$ par jour. Les parents sauront exactement combien ils doivent au gouvernement après avoir envoyé leur déclaration de revenus. 

Rétroactive pour l'année 2015, la mesure favorisera les familles nombreuses. La contribution supplémentaire pour le premier enfant fréquentant un CPE, une garderie privée subventionnée ou un milieu familial subventionné coûtera le plein prix. Cette même contribution pour le deuxième enfant coûtera moitié prix, pour un maximum de 14,13$ par jour. Tandis que pour le troisième enfant ou les suivants, aucune contribution supplémentaire ne sera demandée aux parents. 

Ceux qui ont déjà fait parvenir leur déclaration d'impôt au gouvernement ne seront pas pénalisés. Ils pourront tout de même bénéficier de cette mesure pour 2015, Revenu Québec leur offrant un remboursement. Pour les autres, la somme dûe sera moins élevée. 

Pour la seule année 2015, le gouvernement se prive de revenus de 14 millions $ avec cette mesure. Cet allègement pour le deuxième enfant se perpétuera dans le temps. 

«Nous avons bien géré nos finances publiques, ça nous permet de le faire», a justifié le ministre des Finances Carlos Leitao. 

Pour Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), cette mesure qui survient en pleine période des impôts, est plutôt «une mince reconnaissance que le gouvernement s'est trompé» sur la modulation des services de garde. La CSQ demande à Québec de prendre pleinement conscience de son erreur et de revenir à des services de garde subventionnés à coût unique. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer