La CAQ, version anglaise

Le chef de la Coalition avenir Québec, François... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, et son député dans La Prairie, Stéphane Le Bouyonnec

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Coalition avenir Québec (CAQ) veut partir à la conquête des électeurs anglophones et allophones québécois. Un site Web en langue anglaise vient d'être créé et mis en ligne, une première pour le parti de François Legault.

La CAQ cherche à apparaître comme une «alternative» aux yeux des membres de communautés votant en grand nombre pour le Parti libéral du Québec, parce qu'il leur est impossible de soutenir un parti souverainiste comme le Parti québécois, explique-t-elle.

«C'est un travail de longue haleine que l'on entreprend», dit en entrevue le président de la CAQ, Stéphane Le Bouyonnec. La promotion du site Web en langue anglaise sera faite au fur et à mesure.

Certains documents importants de la CAQ ont été traduits pour l'occasion. D'autres l'ont été en partie seulement. C'est le cas, par exemple, de celui sur le «nouveau projet nationaliste», dont seuls des éléments ont été résumés.

Stéphane Le Bouyonnec est d'avis que la nouvelle approche nationaliste de la Coalition est de nature à l'aider auprès des citoyens attachés au Canada, qui sont très majoritaires chez les anglophones et les allophones.

Il explique que ce projet adopté en novembre dit très clairement que la CAQ est nationaliste, mais qu'elle souhaite le maintien du Québec au sein du Canada.

Il ne faudrait donc pas voir dans le fait que ce document n'ait pas été entièrement traduit une volonté de le cacher aux anglophones et aux allophones, mais plutôt réaliser qu'il est résumé en langue anglaise et que le parti le juge porteur dans ces bassins d'électeurs, enchaîne le président.

«Tranquillement»

À la CAQ, certains ont craint que le fait d'ouvrir un site en langue anglaise et de traduire de plus en plus de documents dans cette langue pourrait éloigner des francophones de la CAQ. Il a finalement été jugé que non et qu'au contraire la plupart des Québécois francophones verraient d'un bon oeil que le parti «montre une telle ouverture».

M. Le Bouyonnec ne s'attend pas à ce que les anglophones et les allophones se tournent massivement vers la CAQ aux élections d'octobre 2018. Mais il dit que son parti ne peut laisser de nombreux groupes linguistiques non francophones être en quelque sorte et par défaut captifs du Parti libéral du Québec. Il souhaite que, «tranquillement, ils puissent nous apprivoiser».

«On ne peut pas, par exemple, se dire "à jamais Montréal".»

Le Parti québécois ne traduit pas ses documents en anglais. Le Parti libéral du Québec le fait systématiquement.

Lors de la campagne électorale de 2014, Québec solidaire a créé un site Web en langue anglaise. Il n'a pas été mis à jour depuis, mais «il contient les principaux éléments de la campagne et donc, de notre programme», explique-t-on.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer