Le monde remarque la camaraderie entre les Trudeau et les Obama

Des médias internationaux aux États-Unis et ailleurs ont... (AP, J. Scott Applewhite)

Agrandir

Des médias internationaux aux États-Unis et ailleurs ont tous fait remarquer la bonhomie entre Justin Trudeau, Barack Obama et leurs femmes lors de la visite officielle de jeudi et le dîner d'État à la Maison-Blanche.

AP, J. Scott Applewhite

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michelle McQuigge
La Presse Canadienne
Toronto

La nouvelle camaraderie entre le couple présidentiel des États-Unis et le premier ministre canadien et son épouse a retenu l'attention partout dans le monde.

Des médias internationaux aux États-Unis et ailleurs ont tous fait remarquer la bonhomie entre Justin Trudeau, Barack Obama et leur épouse lors de la visite officielle de jeudi et le dîner d'État à la Maison-Blanche.

L'événement glamour a été décrit à la fois comme une «réunion de famille» et une «rencontre chaleureuse» et les journaux ont tracé des parallèles entre les deux leaders mondiaux plutôt à gauche.

Des médias au Royaume-Uni et en Chine ont aussi couvert la visite, positionnant fréquemment M. Trudeau comme successeur de Barack Obama en ce qui a trait à la lutte contre les changements climatiques et à d'autres causes partagées.

«La première dame la plus "hot" de la planète»

Sophie Grégoire a aussi retenu l'attention. Les médias ont rapporté ses interactions amicales avec la première dame, mais ont gardé la majeure partie de leur couverture exaltée pour ses choix vestimentaires. «Rencontrez Sophie Trudeau du Canada, la première dame la plus "hot" de la planète», titrait le New York Post.

L'article racontait ensuite sa vie avant et après qu'elle soit devenue la femme du premier ministre. D'autres profils ont pris un angle plus restreint, alors que des articles dans le New York Times et le Washington Post étaient largement consacrés à sa robe de soirée du designer Lucian Matis et contenaient des remarques incrédules sur le fait que le Canada puisse être une force sur la scène de la mode.

Un ton plus moqueur transparaissait d'autres aspects de la couverture du dîner d'État. Un article dans The Guardian indiquait qu'avec M. Trudeau, M. Obama avait trouvé le Robin de son Batman.

Mais la plupart du temps, la relation entre les deux hommes a été traitée de façon plus sérieuse.

Un grand titre de CNN a annoncé que M. Obama avait trouvé «un chef d'État à son image» alors que The Guardian décrivait le premier ministre comme «un ami sur qui on peut compter» pour la promotion de causes libérales sur la scène internationale.

L'annonce conjointe sur les changements climatiques faite plus tôt au cours de la journée a aussi reçu sa part de couverture médiatique, qui a retenu notamment l'attention de l'agence de nouvelle chinoise Xinhua.

L'opposition critique l'imposante délégation à Washington

Fallait-il que Justin Trudeau soit accompagné du tiers de son cabinet pour sa visite à Washington? Les partis d'opposition à Ottawa se le demandent.

La délégation canadienne qui a pris d'assaut la capitale américaine est «énorme», a reproché vendredi le député conservateur Pierre Paul-Hus, qui perçoit cette visite principalement comme un «beau party».

«Si les ministres qui ont été là-bas ont eu des rencontres avec leurs collègues [des États-Unis], tant mieux. Sinon, c'est une perte de temps et d'argent pour tous les Canadiens», a-t-il enchaîné, disant ne pas avoir été impressionné par les annonces faites à Washington.

Le député néo-démocrate Guy Caron, qui a parlé d'une délégation «surprenante» par sa taille, a abondé dans le même sens. «Je pense qu'à son retour, le premier ministre et sa délégation devront faire rapport de ce qu'ils ont réellement et concrètement obtenu.»

Pour le député bloquiste Xavier Barsalou-Duval, la visite en sol américain, qui a été marquée par une rencontre bilatérale avec le président américain Barack Obama et un dîner d'État à la Maison-Blanche, n'a «rien rapporté» et n'a permis de faire avancer aucun dossier québécois.

Un contingent ministériel d'une telle ampleur n'avait rien d'exagéré pour une visite aussi importante, a fait valoir Cameron Ahmad, porte-parole au bureau du premier ministre. «Pour nous, ce voyage représentait une opportunité extrêmement importante de renforcer les liens entre les deux pays et d'accroître leurs liens commerciaux», a-t-il soutenu.

Au total, 11 élus libéraux ont accompagné le premier ministre pour cette visite aux États-Unis.  La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer