L'iniquité ne touche pas que les femmes, insiste Vallée

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les féministes ne sont pas les seules à lutter pour l'égalité, estime la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, qui souhaite aller au-delà des «étiquettes».

Les propos de la ministre Vallée et de sa collègue Lise Thériault, ministre de la Condition féminine - qui n'ont pas voulu s'identifier au mouvement féministe - ont déplu à plusieurs groupes de défense des droits des femmes.

La ministre Vallée a cessé de regarder les réseaux sociaux après y avoir lu plusieurs critiques qui «ne volaient pas très haut» et «n'apportaient rien au débat».

«Pour moi, l'égalité est une bataille que mènent plusieurs groupes, a expliqué mardi la ministre Vallée. Oui, les femmes l'ont menée et la mènent, cette bataille. Mais on a aussi plusieurs groupes qui mènent cette bataille. [...] Je suis de ceux qui sont pour l'égalité sous toutes ses formes et pour l'ensemble des citoyens.»

Dans le cadre de ses responsabilités, Mme Vallée note qu'elle s'occupe aussi de la lutte contre l'homophobie et la transphobie. Elle reconnaît volontiers le travail fait par les femmes qui a mené notamment à l'obtention du droit de vote et de siéger à l'Assemblée nationale. «Mais moi, ce qui m'anime, c'est cette lutte pour l'égalité, dit Mme Vallée. Je vois trop d'exemples de discrimination : oui à l'égard des femmes, oui à l'égard des groupes LGBT, oui à l'égard des membres des communautés culturelles.»

Le combat pour l'égalité est mené par différents groupes, dont les féministes, continue Mme Vallée. «Est-ce qu'on pourrait mettre de l'avant notre lutte pour l'égalité plutôt que de s'apposer des étiquettes, de se crêper le chignon et de se lancer des insultes?» demande-t-elle.

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot) - image 2.0

Agrandir

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

La ministre Thériault s'explique dans un seul média

Le Soleil a été informé en avant-midi, mardi, que la ministre Thériault allait rédiger une lettre pour s'expliquer sur ses propres déclarations. Dans une stratégie de communication que le bureau du premier ministre a refusé d'expliquer, il a été décidé qu'elle ne serait envoyée qu'à un seul média.

Dans un article de La Presse Canadienne publié lundi, Mme Thériault a indiqué qu'elle est «plus égalitaire que féministe», qu'elle est «très à l'aise» avec les compressions imposées au Conseil du statut de la femme et le Secrétariat à la condition féminine, et qu'elle favorise une approche où les femmes prennent leur place elles-mêmes. Elle n'a pu nommer une féministe québécoise l'ayant inspirée.

La députée péquiste Agnès Maltais a l'impression que la ministre Thériault s'emmêle dans ses concepts. «On dirait que, toute sa vie, elle est passée à côté d'un mouvement qui lui a permis d'être aujourd'hui vice-première ministre», affirme-t-elle.

Sa collègue de Québec solidaire, Manon Massé déplore que Mme Thériault entretienne des «préjugés» à l'égard du féminisme. «C'est le préjugé qui veut que les féministes veulent être au-dessus des hommes, note Mme Massé. Alors qu'il est question d'une égalité de faits.»

La Coalition avenir Québec a préféré «laisser les ministres se démêler dans le dictionnaire des définitions».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer