Barrette «gère l'État comme une entreprise privée», dit l'opposition

Le ministre Gaétan Barrette a défendu le choix... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre Gaétan Barrette a défendu le choix de la clinique Rockland MD en affirmant que la poursuite dont elle est l'objet concerne des «actes passés».

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'opposition officielle estime que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a pas appliqué les règles de saine gouvernance en confiant à trois cliniques privées, notamment à la controversée Rockland MD, le mandat d'opérer des patients aux frais de l'État sans avoir procédé par appel d'offres.

«Il gère l'État comme s'il gérait une entreprise privée», déplore en entrevue au Soleil la députée Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé.

Vendredi, La Presse rapportait que la clinique Rockland MD, qui a été choisie avec deux autres établissements de la région de Montréal pour faire des chirurgies d'un jour payées par l'État dans le cadre d'un projet-pilote, l'a été même si elle fait l'objet d'une poursuite pour facturation illégale intentée par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ).

La RAMQ a décidé de traîner la clinique devant les tribunaux en novembre 2013, l'accusant d'avoir facturé illégalement 400 000 $ à une cinquantaine de patients opérés sur ses lits. La poursuite n'est toujours pas réglée, aucune date d'audience n'ayant encore été fixée.

Diane Lamarre ne comprend pas pourquoi le ministre de la Santé a préféré désigner trois cliniques «qu'il a lui-même sollicitées» plutôt que de procéder par appel d'offres. «La saine gouvernance aurait voulu qu'il procède par appel d'offres. C'est un mauvais exemple qu'il donne», dénonce la députée de Taillon, qui croit qu'en procédant par appel d'offres, une autre clinique que Rockland MD aurait pu être sélectionnée.

«Ce qu'on reproche à Rockland MD, c'est d'avoir presque pris en otage des patients en leur disant qu'ils devaient payer un forfait pour être éligible sur la liste d'attente et avoir un certain niveau de priorité. C'est une situation qui est tout à fait reproductible. Ce que ça traduit [...], c'est un état d'esprit des gens de cette clinique-là, une vision qui les a amenés à demander ce genre de forfaits là. Pourtant, le ministre a dit à répétition que faire payer des forfaits ou des abonnements aux patients, c'était illégal, et que ça se réglerait avec son projet de règlement sur les frais accessoires, qu'on attend toujours», rappelle Mme Lamarre.

En entrevue à La Presse, le ministre Barrette a défendu le choix de Rockland MD en affirmant que la poursuite de la RAMQ concernait des «actes passés». Il a ajouté que le projet-pilote exigera de la «transparence» et que la clinique devra fonctionner à «livre ouvert».

«La poursuite n'est pas une question de non-transparence, c'est une question de non-observance théorique de règlement. Ça n'a aucun rapport», a-t-il dit, précisant qu'il n'avait pas abordé la question de la poursuite lors de ses échanges avec Rockland MD.

«Il n'y a eu aucune discussion à cet effet-là. Ça, c'est leur passé, c'est leur problème, pas le mien. Ce n'est pas moi qui vais régler ça», a déclaré le ministre Barrette.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer