Pierre Moreau souffrirait d'un cancer

Après avoir subi un malaise en janvier, Pierre... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Après avoir subi un malaise en janvier, Pierre Moreau était revenu au travail le 16 février. Il était apparu amaigri et fatigué.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La nouvelle a créé une onde de choc sur la colline parlementaire:  le ministre de l'Éducation Pierre Moreau pourrait être atteint d'un cancer et devra réduire ses activités professionnelles, ce qui a forcé Philippe Couillard a remanier son cabinet sans délais.

«À la suite d'examens requis par l'état de santé de monsieur Pierre Moreau, son médecin l'a informé aujourd'hui que les symptômes, signes cliniques et les tests d'imagerie médicale nous orientent vers une néoplasie dont la nature reste à préciser», a-t-on pu lire dans un communiqué de presse publié en fin d'après-midi. «Des biopsies sont en cours et les résultats devraient confirmer le diagnostic.»

Dans les textes médicaux, la néoplasie est décrite comme un développement anormal de cellules et désigne généralement une tumeur bénigne ou maligne.

Après l'assermentation des ministres touchés par le remaniement, le premier ministre Philippe Couillard n'a pas cherché à minimiser le sérieux de l'état de M. Moreau : «Triste nouvelle aujourd'hui. Triste nouvelle qui frappe un homme brillant, un homme fort, un homme engagé dans tout ce qu'il fait, comme il sera engagé dans le combat dans sa maladie également», a dit M. Couillard. Signalant que M. Moreau avait le soutien de sa famille et de ses proches, le premier ministre a ajouté qu'il «reçoit le soutien de ses collègues, de ses amis, de tout le monde politique. On a eu des manifestations de ça des deux côtés de l'Assemblée nationale».

Il a ajouté qu'en raison du diagnostic reçu, M. Moreau devrait réduire ses activités professionnelles de «façon importante et pour une durée probablement prolongée».

En le nommant ministre délégué aux Finances, le premier ministre a voulu le voir conserver «des activités compatibles avec cette réduction importante de ses activités, tout en permettant à la fois, lorsqu'il aura gagné son combat, de réintroduire progressivement sa présence au sein du conseil des ministres».

M. Moreau, qui était à Québec, avait été assermenté plus tôt au cours d'une cérémonie privée. «Je l'ai vu il y a quelques instants, il m'a demandé de saluer ses collègues, également les médias qui le connaissent bien depuis plusieurs années, a révélé M. Couillard. Et je sais que tous et toutes, nous resterons près de lui en pensée, mais aussi en présence et en affection.»

Du domaine privé

Lorsqu'on lui a demandé comment allait M. Moreau, le premier ministre a eu la réponse suivante : «Tout le monde a vu qu'il était affaibli au cours des derniers jours, mais ayant dit cela, je me bornerai à ce qui est inscrit dans le communiqué que son médecin a émis. Il faut reconnaître et s'assurer que tout renseignement précis au sujet de son état de santé est du domaine privé. C'est entre lui et son médecin.»

«Au-delà de son état physique, a toutefois précisé le premier ministre, je ressens en lui, et ce qui n'est pas surprenant pour quiconque le connaît, un intense désir de combattre et de gagner.»

Pierre Moreau avait subi un malaise le 28 janvier après sa nomination au ministère de l'Éducation. On croyait alors à une chute de pression, mais il avait quitté le Salon rouge en ambulance. Il était revenu au travail le 16 février, mais il était apparu amaigri et fatigué.

Le ministre, qui s'est taillé une réputation de compétence depuis la réélection des libéraux en 2014, a payé de son temps et de son énergie les nombreux mandats qu'on lui avait confiés, dont la conclusion d'un nouveau pacte fiscal avec les municipalités et les modifications aux règles touchant les régimes de retraite des employés municipaux. Lorsque sa collègue Lise Thériault a quitté son poste pour des raisons de santé, il l'a remplacée à la Sécurité publique tout en conservant ses responsabilités aux Affaires municipales.

Encouragements de Labeaume

Régis Labeaume a transmis un mot d'encouragement et de prompt rétablissement au ministre Pierre Moreau, a indiqué le cabinet du maire de Québec lundi. Les deux hommes ont travaillé étroitement ensemble alors que M. Moreau était jusqu'à tout récemment titulaire des Affaires municipales. Le déficit des régimes de retraite des employés municipaux, la promesse d'une loi sur le statut de Québec comme capitale et un nouveau pacte fiscal ont constitué les principaux dossiers ayant marqué le passage de M. Moreau aux Affaires municipales.

Avec Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer