Mario Beaulieu renonce à briguer la direction du Bloc

Quelques jours à peine après avoir suggéré qu'il... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Quelques jours à peine après avoir suggéré qu'il pourrait être tenté par un retour comme chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu signale qu'il ne sera finalement pas de la course.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Quelques jours à peine après avoir suggéré qu'il pourrait être tenté par un retour comme chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu signale qu'il ne sera finalement pas de la course.

L'ancien leader de la formation indépendantiste n'a pas expliqué en détail les raisons ayant guidé sa décision, se contentant de plaider qu'il souhaitait se concentrer «entièrement» à la campagne de la promotion de l'indépendance.

«Je pense que si on veut vraiment qu'il y ait une campagne qui se fasse dans tous les comtés du Québec, ça prend énormément d'énergie, et je pense que je vais être plus utile à vraiment me consacrer à cette tâche-là», a-t-il offert en point de presse au parlement, vendredi.

Un peu plus tôt cette semaine, M. Beaulieu soutenait que sa réflexion n'était «pas terminée» lorsqu'il avait été questionné sur la course à la direction. Il n'a pas précisé vendredi ce qui avait fait pencher la balance au cours des dernières heures.

Le député de La Pointe-de-l'Île a fait sa mise au point pour éviter de causer une distraction à la veille du conseil général du Bloc québécois, qui se tiendra samedi à Trois-Rivières, avait indiqué en début de matinée une porte-parole du parti.

Jusqu'à présent, trois personnes ont signalé qu'elles pourraient être tentées de prendre place sur la ligne de départ de la course au leadership: le député Xavier Barsalou-Duval, l'ex-candidat bloquiste et comédien Denis Trudel ainsi que l'ancienne candidate bloquiste Catherine Fournier.

Deux d'entre elles ne siègent donc pas aux Communes. Serait-il préférable d'élire un chef qui a une banquette au Parlement, et qui jouirait donc d'une plus grande visibilité médiatique en plus d'avoir une expérience de parlementaire?

Le député Barsalou-Duval, qui était présent au point de presse de Mario Beaulieu, reconnaît qu'être à Ottawa comporte des avantages. Il dit toutefois s'en remettre aux militants bloquistes.

«C'est un choix que les militants vont devoir faire, mais je pense que ce n'est pas non plus (un critère d'exclusion). On a déjà vu des chefs de partis qui n'étaient pas nécessairement membres de la députation, comme M. Beaulieu, justement», a-t-il fait valoir.

Les modalités de la course à la direction du Bloc québécois n'ont pas encore été déterminées, mais la caucus bloquiste et le bureau national du parti estiment qu'elle devrait idéalement se tenir en 2017.

Mario Beaulieu a dirigé les destinées du Bloc québécois pendant un an, entre juin 2014 et juin 2015.

Constatant la faiblesse du parti dans les sondages à l'approche des élections générales, il avait cédé sa place à Gilles Duceppe.

Battu dans la circonscription de Laurier-Sainte-Marie, M. Duceppe a démissionné de son poste, qui est présentement occupé de façon intérimaire par Rhéal Fortin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer