Remaniement ministériel : la Gaspésie endendue, selon Lelièvre

Le député péquiste de Gaspé Gaétan Lelièvre... (Photothèque Le Droit)

Agrandir

Le député péquiste de Gaspé Gaétan Lelièvre

Photothèque Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) «Les messages de la Gaspésie ont été entendus», réagit le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre, à la nomination du nouveau ministre des Transports et du nouveau ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. La région voit remplacés «nos deux ministres récalcitrants sur lesquels on avait mis beaucoup de pression», Robert Poëti et Jean D'Amour.

Les réactions ne sont pas toutes aussi tranchées en Gaspésie, mais en général, le remplacement de MM. D'Amour et Poëti est assez bien accueilli.

Ces derniers mois, M. Lelièvre, d'autres élus et des citoyens avaient reproché à Jean D'Amour, alors responsable de la Gaspésie, son manque d'engagement, ses faibles actions et le «presque chantage» dont il aurait usé envers les critiques des actions de son gouvernement.

Député de Jean-Talon, à Québec, Sébastien Proulx, ministre de la Famille et ministre responsable de la Gaspésie, devra «rétablir un dialogue qui était coupé avec la région et les députés en place», dit M. Lelièvre.

Il a déjà poussé pour faire nommer ministre le seul élu libéral de la région, Germain Chevarie, des Îles-de-la-Madeleine. Son absence du cabinet est «une autre occasion manquée», mais «on a eu tellement de difficultés [...] avec M. D'Amour qu'on voit de l'espoir et de l'oxygène avec M. Proulx».

L'éviction de Robert Poëti des Transports et l'arrivée de Jacques Daoust est «aussi une bonne nouvelle», selon M. Lelièvre. Les relations étaient «extrêmement difficiles» avec M. Poëti. «À trois reprises, des intervenants de la région lui ont demandé de venir pour parler de l'ensemble des dossiers transports», une demande restée lettre morte. La voie ferrée, acquise par Transports Québec en mai 2015, est en mal d'investissements et le train touristique Amiral est cloué à Gaspé, faute de réparations au rail, dit-il.

Selon Jean D'Amour, le transfert de responsabilité à un autre n'a «aucunement» de lien avec les critiques essuyées. «Ç'a été habilement orchestré par mes adversaires.» Il dit que «dorénavant, chaque ministre a une seule région». Il reste responsable du Bas-Saint-Laurent et de la Stratégie maritime. Des dossiers gaspésiens restent «dans ma cour», dit-il, dont la reconstruction de la promenade de Percé et la réfection du quai à Carleton.

M. D'Amour rappelle que son intervention a «sauvé in extremis» Fermes marines du Québec, de Newport, par un investissement de 2 millions $ et qu'il a annoncé 750 000 $ pour le projet de parcours nocturne lumineux à Chandler.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, confirme qu'il y a eu «des périodes assez difficiles» avec MM. D'Amour et Poëti, mais que «depuis cinq ou six mois, ça allait beaucoup mieux avec M. D'Amour».

Il donnera la chance à Sébastien Proulx de se faire valoir. «Voyons-le comme un défi. S'il ne vient jamais, ça va aller mal. Présentement, on l'accueille et on lui fait confiance.»

Au sujet de Jacques Daoust aux Transports, Daniel Côté espère «que le plan de match sera suivi. Ça prend plus d'investissements pour le chemin de fer».

Le maire de Gaspé suivra de très près l'arrivée de Martin Coiteux aux Affaires municipales. «Au Conseil du trésor, il avait jusqu'à présent été plutôt dur dans les négociations avec les employés publics. Nous avons besoin de flexibilité. Pour le moment, c'est un stress supplémentaire.»

Daniel Côté tente de voir du positif dans le maintien de David Heurtel à l'Environnement. «Au moins, on a un ministre qui connaît nos attentes.»

La Ville de Gaspé tente depuis des années de convaincre le ministère de l'Environnement de soumettre les forages pétroliers, dont Haldimand 4, à l'examen du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, plutôt qu'à de simples évaluations environnementales stratégiques.

«À Anticosti, le BAPE étudie le stress des forages sur les chevreuils. À Gaspé, on ne peut avoir d'étude similaire sur le stress vis-à-vis les citoyens», déplore-t-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer