Fournier aussi visé par la contre-attaque de PKP

Le leader du gouvernement, Jean-Marc Fournier... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le leader du gouvernement, Jean-Marc Fournier

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saguenay) Après avoir mis en demeure la Coalition avenir Québec (CAQ), Pierre Karl Péladeau songe maintenant à riposter au libéral Jean-Marc Fournier, qui l'accuse de verser dans «l'intimidation juridique».

À l'ouverture d'un caucus de deux jours à Jonquière, mercredi, le chef du Parti québécois a réagi aux propos de la veille de M. Fournier, leader du gouvernement. Celui-ci a affirmé à son tour que le financement par M. Péladeau de son Institut de recherche sur la souveraineté «avec l'argent de Québecor» pourrait violer les lois électorales. 

«Je n'ai pas de leçon à recevoir de M. Fournier et je réfléchis à ce que je vais faire en fonction de ses déclarations», a affirmé M. Péladeau. 

La semaine dernière, M. Péladeau a fait parvenir une mise en demeure au caquiste Benoit Charette, à son chef François Legault et au président du parti, Stéphane Lebouyonnec, qui se sont aussi interrogés sur la légalité du financement de l'Institut. Ils ont refusé de se rétracter et de s'excuser publiquement. 

Une demande de médiation a été faite, et l'ex-juge en chef de la Cour supérieure François Rolland a accepté de la présider, a dévoilé M. Péladeau, mercredi. «Nous attendons la réponse de la CAQ», a-t-il indiqué. À la CAQ, on indique qu'il n'y a pas de décision de prise et que la question est étudiée par leurs avocats. «Nous considérons que c'est un débat politique et non juridique», répète-t-on. 

Pour Jean-Marc Fournier, «quand une richissime personne considère que la façon de mener des débats publics démocratiques, c'est d'envoyer des mises en demeure, je crois qu'on est dans le domaine de l'intimidation juridique». 

Le chef péquiste a confirmé son intention de financer l'Institut, dont il a promis la création lors de sa campagne à la chefferie. Il refuse toutefois de révéler le montant de sa contribution. À son avis, la loi sur le financement des partis politiques ne s'applique pas à un organisme de réflexion de ce type. Il estime que, de la même façon que pour d'autres instituts du même genre, le statut d'organisme de bienfaisance devrait lui être accordé par Ottawa.

Un avis partagé par le député de Rosemont, Jean-François Lisée, qui donne l'exemple de L'Idée fédérale, fondé par l'éditorialiste à La Presse André Pratte. La liste des donateurs à L'Idée fédérale demeure privée. «Il y a des think tank partout au Canada, qui sont de droite, de gauche, fédéralistes ou souverainistes, qui sont financés par des personnes qui ont plus d'argent que la moyenne, on trouve toujours ça normal. Qu'un Institut de la souveraineté existe, qu'il soit financé par Pierre Karl Péladeau et d'autres, je dis : enfin!»

La députée péquiste Agnès Maltais se décrit elle-même comme la «reine des mises en demeure». L'ex-premier ministre Jean Charest lui en avait notamment envoyé une dans le dossier du jardin zoologique de Québec. «J'ai cumulé les mises en demeure dans ma vie, a dit Mme Maltais. Jean-Marc Fournier [...] sait-il que Jean Charest m'avait envoyé une mise en demeure? Ce sont eux qui ont commencé cette stratégie-là.»

Départ hâtif

Le chef péquiste a quitté le caucus de son parti pour prendre un vol vers l'Europe afin d'assister aux funérailles de son ex-beau-père. Le point de presse de clôture du caucus se déroulera donc exceptionnellement sans le chef, jeudi. M. Péladeau doit être de retour à temps pour les cérémonies en hommage à René Angélil, vendredi.

La tournée de la région effectuée mardi par les députés péquistes a permis de constater la «situation déplorable» du Québec sur le plan économique, a par ailleurs noté le chef péquiste. «Le taux de chômage s'accroît, l'activité économique est morose, les prévisions du ministre des Finances sont systématiquement en déclin, a déploré M. Péladeau. Où est le gouvernement libéral pour relancer l'économie?»

Une activité militante a eu lieu en soirée, mardi, à laquelle le député démissionnaire de Chicoutimi, Stéphane Bédard, et son père, Marc-André Bédard, un ex-ministre péquiste, ont participé. Une élection complémentaire doit être déclenchée dans la circonscription avant avril.

Pierre Karl Péladeau... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Les péquistes se moquent de Legault

Les députés péquistes se moquent des affirmations du chef caquiste François Legault, qui prétend que certains d'entre eux songent à se joindre à sa formation. 

«C'est rare que des matelots sautent sur le pont du Titanic», a lancé la députée de Taschereau, Agnès Maltais. «C'est ridicule, ajoute-t-elle. Chaque fois que François Legault est dans le trouble, il attaque les autres. Il doit vraiment être dans le trouble.»

Le chef caquiste a affirmé mardi que des rencontres ont eu lieu pendant la période des Fêtes avec des députés et du personnel du Parti québécois. «Quand il y aura des noms à confirmer, on pourra vous les donner», a déclaré M. Legault, qui a refusé de donner une échéance.

Le doyen du caucus péquiste, François Gendron, assure n'avoir «jamais entendu parler de ça». «Est-ce que c'est de l'invention?» s'est demandé le député d'Abitibi-Ouest. 

Le chef caquiste devrait oeuvrer à freiner les démissions de son parti plutôt que de «s'inventer» des nouveaux députés, a ajouté le leader de l'opposition, Bernard Drainville. «Il s'imagine des choses, dit-il. Il vit je ne sais pas sur quelle planète. [...] On est indépendantiste anti-austérité, les caquistes sont provincialistes pro-austérité. Je vois mal l'intérêt d'un péquiste pour la CAQ.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer