Des nominations placent le PLQ sur la défensive

Georges Farrah...

Agrandir

Georges Farrah

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Philippe Couillard a profité de l'éclipse médiatique du temps des Fêtes pour faire de deux libéraux de longue date des gagnants à vie», dénonce le caquiste Benoit Charette.

Il demande au gouvernement d'annuler les décrets qui, juste avant Noël, ont permis à Pietro Perrino et Georges Farrah de décrocher une permanence dans la haute fonction publique québécoise.

Tous deux sont des secrétaires généraux associés oeuvrant au cabinet du premier ministre. M. Perrino avait en poche un contrat courant jusqu'à juillet prochain. M. Farrah en avait un courant jusqu'en mai 2017.

«Encore une fois, nous assistons à des tactiques sournoises et à des cachettes libérales d'un gouvernement qui fait perdurer les traditions de Jean Charest, soit celle de placer les proches et les amis influents du parti à des postes supérieurs sans aucune justification valable», fustige M. Charette par communiqué de presse, ainsi qu'en entrevue.

La Coalition avenir Québec va jusqu'à accuser Philippe Couillard d'être «devenu le maître des nominations partisanes». Elle dit appuyer son accusation entre autres sur les nominations de l'ancienne ministre libérale Françoise Gauthier à la tête de la Commission québécoise des libérations conditionnelles et de l'ex-organisateur libéral John MacKay à la Société des établissements de plein air du Québec.

En octobre 2013, le gouvernement de Pauline Marois avait adopté un décret annulant la permanence d'emploi dans la haute fonction publique obtenue par André Boisclair l'année précédente, lorsqu'il avait été nommé délégué général du Québec à New York. L'ex-chef du Parti québécois avait alors décroché le statut de sous-ministre, ce qui avait soulevé un tollé général.

Georges Farrah a été député à l'Assemblée nationale et ministre libéral dans les années 80 et 90. Il a par la suite présidé la Société des traversiers du Québec.

Après avoir présidé la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec durant les années 80, Pietro Perrino a quant à lui oeuvré au sein de plusieurs cabinets ministériels libéraux.

«Collusion légale»

Par ailleurs, le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, compare la décision de TransCanada d'embaucher «un fervent et actif militant du Parti libéral du Québec pour faire des représentations» auprès de Philippe Couillard à de la «collusion légale». Patrice Ryan, fils de feu Claude Ryan, siège à la Commission politique régionale de Montréal du Parti libéral du Québec.

«Il n'y a aucune limite à la collusion dont font preuve les libéraux, écrit Pierre Karl Péladeau sur sa page Facebook. Plutôt que de défendre les intérêts du Québec, des Québécois et de notre territoire, Philippe Couillard et ses amis libéraux défendent les intérêts des actionnaires de TransCanada et des provinces de l'Ouest», selon lui.

Au Parti libéral du Québec, on indique que M. Ryan se retirera de toute discussion pouvant toucher de près ou de loin au projet de pipeline Énergie Est.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer