Exclusif

Demandes de retraite à la hausse chez les employés de l'État

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux,... (PHOTO ARCHIVES, LE SOLEIL)

Agrandir

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, voulait faire passer l'âge de la retraite pour les employés de l'État de 60 à 62 ans. Finalement, l'entente conclue en décembre prévoit que celui-ci passera à 61 ans en juillet 2019, sauf pour les employés ayant accumulé 30 années de service.

PHOTO ARCHIVES, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En 2015, 11,4 % d'employés de l'État de plus que l'année précédente ont demandé à prendre leur retraite.

Tel est le bilan final d'une année où le nombre de demandes de prise de retraite dans les secteurs public et parapublic a augmenté en raison, notamment, de la volonté du gouvernement de Philippe Couillard de repousser l'âge officiel du départ de ses employés.

Du 1er janvier au 31 décembre 2015, 26 082 fonctionnaires, enseignants, infirmières et autres employés de l'État - ainsi que des cadres, il faut le préciser - ont fait parvenir une «demande de rente» à la Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances - devenue Retraite Québec depuis sa fusion avec la Régie des rentes du Québec. Ce chiffre vient tout juste d'être recueilli par Retraite Québec.

Ils avaient été 23 405 à formuler une demande officielle de prise de retraite durant toute l'année 2014.

Plus de 11 % d'augmentation, «c'est beaucoup», affirme un interlocuteur syndical.

Il reconnaît néanmoins que le bilan final est «moins pire» que ce qui pouvait être craint au terme des six premiers mois de 2015. À ce moment-là, la hausse par rapport à la même période de l'année précédente s'élevait à 17,5 %.

Mise en perspective

Lors de la longue série de négociations avec les syndicats des secteurs public et parapublic, qui s'est étirée tout au long de 2015, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, voulait faire passer l'âge de la retraite des employés de l'État de 60 à 62 ans. Il voulait aussi que leur rente soit calculée selon la moyenne du salaire de leurs huit meilleures années de travail et non plus des cinq. Enfin, que la pénalité applicable pour une prise de retraite anticipée passe de 4 % à 7,2 % par année.

L'entente conclue en décembre entre le Conseil du trésor et le front commun intersyndical stipule que l'âge de la retraite des employés de l'État passera de 60 à 61 ans en juillet 2019, sauf pour ceux ayant accumulé 30 années de service. Eux pourront partir dès 60 ans sans pénalité.

L'entente prévoit que la pénalité actuarielle pour une prise de retraite anticipée passera de 4 % à 6 %.

Le chiffre de 26 082 peut être mis en perspective avec le nombre total de personnes dont le régime de retraite est administré par Retraite Québec. Au 31 décembre 2014, dernière date pour laquelle une telle donnée existe, l'organisme comptait 584711 «participants actifs», des syndiqués et des cadres.

En chiffres

26 082 employés de l'État ont pris leur retraite en 2015, comparativement à 23 405 en 2014

584 711 employés de l'État côtisent actuellement au régime de retraite administré par Retraite Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer