Stéphane Gobeil quitte le PQ et se joint à la CAQ

Stéphane Gobeil, ancien conseiller de Pauline Marois et... (Photo d'archives)

Agrandir

Stéphane Gobeil, ancien conseiller de Pauline Marois et Gilles Duceppe.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'année 2016 ne commence pas sous les meilleurs auspices pour le Parti québécois de Pierre Karl Péladeau. Stéphane Gobeil, un péquiste qui a longtemps travaillé auprès du bloquiste Gilles Duceppe, qui a conseillé la première ministre Pauline Marois et qui a épaulé Bernard Drainville lors de la course à la direction, tourne le dos au Parti québécois. Pire encore pour la formation souverainiste, il rallie la Coalition avenir Québec de François Legault!

«L'appel au rassemblement lancé par François Legault en octobre dernier a touché en moi, l'indépendantiste de toujours, une corde sensible», écrit Stéphane Gobeil sur son blogue personnel.

Il ne croit plus que l'indépendance du Québec soit réalisable et estime surtout que la situation actuelle maintiendra les libéraux au pouvoir trop longtemps. Il change donc de cheval et choisit celui du «nationalisme», qu'il juge désormais plus susceptible de convaincre une majorité de Québécois que le projet souverainiste.

«Tout donner pour réessayer de tenir un référendum «le plus tôt possible» comme veulent le faire mes amis du Parti québécois est parfaitement légitime. Agir selon ses convictions, c'est admirable. Mais pour atteindre cet objectif, il faudrait gagner les élections de 2018 et donc, rassembler tous les souverainistes, y compris ces solidaires qui s'y refusent et ceux, parmi les souverainistes, qui n'en font plus une priorité. Cette mission est devenue impossible à mes yeux.»

«La fuite en avant ne réussit à faire le jeu que du Parti libéral, à renforcer le monopole rouge, qui constitue désormais la plus grande entrave à l'avancement de la nation québécoise, affirme M. Gobeil. Continuer le jeu tel qu'il se présente aujourd'hui, c'est priver la majorité francophone de sa capacité d'élire le seul gouvernement qu'elle peut encore contrôler.»

«J'ai acquis la conviction que pour briser le monopole libéral, il faut unir les caquistes et les péquistes de bonne volonté derrière un projet nationaliste alliant fierté et prospérité», poursuit Stéphane Gobeil en confirmant qu'il se joint à la Coalition avenir Québec.

Il agira à titre de collaborateur du parti. Il prendra des mandats ad hoc.

M. Gobeil n'avait pas de rôle officiel au Parti québécois ces derniers mois.

Un départ de plus

Même si c'est pour des raisons différentes, le départ de Stéphane Gobeil s'ajoute à plusieurs autres depuis l'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du parti. Rappelons celui de Stéphane Bédard, qui a exercé pendant plusieurs années le rôle de leader parlementaire du Parti québécois à l'Assemblée nationale.

Stéphane Gobeil est l'auteur d'un ouvrage intitulé Un gouvernement de trop. Dans ce livre paru en 2012, il avance que le Québec serait financièrement gagnant s'il accédait à son indépendance. Le livre est préfacé par le député Jean-François Lisée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer