Pont de Québec: Duclos doit reconnaître son «faux pas», dit Deltell

Le pont de Québec... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le pont de Québec

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député conservateur Gérard Deltell trouve «gênant» pour toute la région de Québec que le ministre libéral Jean-Yves Duclos ait changé son fusil d'épaule en moins de 24 heures dans le dossier du pont de Québec. 

Selon lui, son adversaire «a marqué dans son propre but et c'est toute la région de Québec qui a perdu», a-t-il écrit sur sa page Facebook mercredi.

En entrevue au Soleil, M. Deltell martèle que cette volte-face est «un faux pas et je pense que M. Duclos doit reconnaître que c'est un faux pas», pas un imbroglio médiatique. «Ça arrive à tout le monde de faire une erreur et il faut le reconnaître, pas tenter d'abriller ça.»

Lors d'une rencontre en janvier avec le Canadien National (CN) concernant la peinture du pont de Québec, le ministre se retrouvera inévitablement dans une position affaiblie. «Le CN joue du muscle dans cette histoire-là. Le problème, c'est que notre interlocuteur fédéral vient de se tirer dans le pied et ça mine sa crédibilité à la table de négociation», croit M. Deltell.

Il trouve également décevant pour les maires de Québec et de Lévis de ne pas avoir l'heure juste lorsqu'ils discutent avec le ministre fédéral. «Quand il va prendre position, on va se demander si c'est vraiment ça qu'il veut dire ou s'il va falloir qu'il rectifie ses propos plus tard.»

Mardi matin, le ministre Jean-Yves Duclos a laissé entrevoir que son gouvernement pourrait racheter le pont de Québec lors d'un point de presse en compagnie du maire de Lévis Gilles Lehouillier. «Toutes les options sont ouvertes», disait-il, réaffirmant ce qu'il avait dit la veille au Journal de Québec

En soirée toutefois, son attaché de presse Jean-Luc Plourde a fait parvenir une note aux médias indiquant que le ministre souhaitait préciser que «le rachat du pont de Québec par le gouvernement fédéral ne constitue pas une option». Il y a confusion à savoir si le cabinet du premier ministre Justin Trudeau est intervenu ou pas dans cette rétractation. 

M. Deltell fait valoir pour sa part que «c'est la première fois que le premier ministre rabroue un de ses ministres», ce qu'il juge comme encore plus décevant pour la région de Québec. 

Lehouillier en confiance

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier ne s'est quant à lui pas montré surpris de la volte-face du ministre Duclos. «Je ne suis pas déçu ce matin. En rencontre privée, avec moi, il n'a jamais dit que c'est l'option qu'il privilégiait», raconte-t-il au Soleil

Le ministre lui aurait plutôt dit qu'il comprenait que lui et le maire de Québec Régis Labeaume apportent le rachat du pont par le fédéral comme une option à la table de négociation. «Que ce ne soit pas l'option privilégiée par le gouvernement, franchement, c'est un peu normal. On est au début du processus de négociation», indique M. Lehouillier. 

Le maire de Lévis fait donc toujours confiance au ministre Duclos pour tenter de régler «l'impasse» de l'entretien du pont de Québec. «Je sens que la volonté politique est toujours là», lance-t-il. 

Le maire de Québec Régis Labeaume n'a quant à lui pas souhaité commenter. Invité à répondre à son adversaire Gérard Deltell, le ministre Duclos a décliné. «On a dit tout ce qu'on avait à dire là-dessus», a indiqué son attaché de presse Jean-Luc Plourde. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer