Secteur public: boni de 195 $ contre la retraite à 61 ans

«Ceux qui pensent que les coffres de l'État... (PC, Jacques Boissinot)

Agrandir

«Ceux qui pensent que les coffres de l'État sont remplis sont dans l'erreur, a soutenu mardi Martin Coiteux. C'est un mirage.»

PC, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement de Philippe Couillard ajoute 0,5 % à ses offres salariales aux employés de l'État, en plus d'un montant forfaitaire de 0,5 % en échange de la retraite à 61 ans en 2019. Un jeu de dupes, jugent les syndicats.

Le Soleil a obtenu des informations sur les discussions se déroulant derrière des portes closes à la «table centrale» de négociations, celle où l'on discute des salaires et du régime de retraite des quelque 500 000 employés des secteurs public et parapublic. Aucune des parties ne les confirme officiellement, mais nos sources sont fiables.

Le mois dernier, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, avait déjà revu ses offres une première fois. Il les avait même communiquées publiquement. Il avait annoncé que son gouvernement proposait 0 % d'augmentation en 2015, 1 % en 2016, 1 % en 2017, 1 % en 2018 et 0 % en 2019.

Avec la hausse moyenne de 2,3 % découlant de l'exercice de «relativité salariale» s'appliquant en 2019-2020 qu'il incluait dans son calcul, l'augmentation totale consentie aux employés de l'État au terme des cinq années des prochains contrats de travail allait donc être de 5,3 %, faisait-il valoir.

Selon nos informations, à la principale table de négociations, le Conseil du trésor vient de proposer au front commun intersyndical constitué pour cette ronde de négociations un ajout de 0,5 % d'augmentation en 2015, ainsi qu'un montant forfaitaire de 0,5 % le 1er avril 2017. Attention : ce montant forfaitaire ne serait accordé qu'en contrepartie du passage de la retraite des employés de l'État de 60 à 61 ans le 1er juillet 2019.

«Pas des augmentations»

Les montants forfaitaires ne sont pas des augmentations à proprement parler, car ils ne sont pas intégrés aux échelles de salaire, insiste une source syndicale.

«Si Martin Coiteux pense qu'il peut obtenir un règlement sur l'âge de la retraite à 61 ans en proposant un montant forfaitaire de 0,5 %, il se trompe totalement», dénonce cet interlocuteur.

«Donner un bonus de 195 $ en 2017 en échange d'une réduction permanente des rentes des retraités de l'État... Est-ce que Martin Coiteux comprend les règles de base d'une négociation? Est-ce qu'il connaît la hauteur des concessions qu'il demande à ses employés?»

«On demeure malheureusement à des années-lumière d'une entente», poursuit notre source en raillant une expression utilisée le mois dernier par M. Coiteux.

Ce «bonus» de 195 $ est calculé sur le salaire moyen dans le secteur public, qui est de 39 000 $, selon les syndicats.

Coiteux tempère

En entrevue avec Le Soleil, mardi soir, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a refusé de dire quoi que ce soit des discussions se déroulant avec les syndicats des secteurs public et parapublic.

Il a par contre tenu à affirmer qu'il est faux de dire et de croire que le surplus de 1,7 milliard $ enregistré au cours du premier semestre de l'année financière par le gouvernement du Québec lui offre une marge de manoeuvre - marge qui pourrait être utilisée pour offrir davantage aux employés de l'État.

«Ceux qui pensent que les coffres de l'État sont remplis sont dans l'erreur. C'est un mirage.»

Martin Coiteux
Président du Conseil du trésor

«Ceux qui pensent que les coffres de l'État sont remplis sont dans l'erreur, a soutenu Martin Coiteux. C'est un mirage.»

Le président du Conseil du trésor soutient que les six derniers mois de l'année financière, ceux courant de la fin septembre à la fin mars, sont généralement déficitaires d'environ 2 milliards $. Il conteste donc l'idée d'une soudaine «marge de manoeuvre».

Le maintien d'une «discipline budgétaire» demeure un «réel défi», conclut le grand argentier de l'État.

«Le surplus de cette année est 40 fois plus grand que celui de l'an dernier, même en tenant compte des versements au Fonds des générations qui ont augmenté de 13 %», a noté la CSN dans nos pages, mardi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer