Ouverture du front commun à la retraite à 61 ans

Les employés de l'État, qui sont sortis dans... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les employés de l'État, qui sont sortis dans les rues partout dans la province au cours des dernières semaines, ont fait des concessions sur l'âge de la retraite afin de faire avant les négociations.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le front commun intersyndical des employés de l'État manifeste une ouverture sur l'âge de la retraite.

Selon des informations obtenues par Le Soleil, les négociateurs représentant plus de 400 000 salariés des secteurs public et parapublic ont fait bouger leurs curseurs à la table centrale de négociations, celle où l'on discute des salaires et des retraites.

Le front commun se montre prêt à accepter que l'âge de la retraite soit haussé à 61 ans si - et c'est tout de même un «si» important - les objectifs derrière ses «paramètres salariaux» sont remplis.

Vendredi, à cette table, les négociateurs du gouvernement ont officiellement abaissé les demandes qu'ils formulaient jusqu'alors, soit de faire passer l'âge normal de la retraite de 60 à 62 ans. Ils demandent désormais qu'il passe à 61 ans le 1er juillet 2019, confie un interlocuteur associé de près à cette longue ronde de négociations.

La demande gouvernementale mise toujours sur une pénalité actuarielle de 7,2 % pour une prise de retraite anticipée. Elle s'appliquerait à partir du 1er juillet 2017.

À la table centrale, le message du Conseil du trésor est cependant très clair. Du «mouvement» sur l'âge de retraite est une condition sine qua non à tout le reste. Il martèle que sans mouvement, aucune entente globale ne sera possible avec les syndicats des quelque 500000 salariés des secteurs public et parapublic (en comptant ceux hors du front commun).

Les conditions

Le front commun intersyndical ne se cramponne plus au statu quo. Derrière des portes closes, il s'est déclaré prêt à avancer sur la retraite à 61 ans si le gouvernement consent à offrir à ses employés un «rattrapage salarial» avec les autres travailleurs québécois et s'il leur assure de protéger leur pouvoir d'achat.

Mais il privilégierait que ce passage à 61 ans s'effectue, non pas en juillet 2019, mais dès lors que la capitalisation du régime de retraite des employés de l'État glisserait sous la barre des 90 %.

Preuve qu'il est désormais prêt à avancer sur cette question, le front commun chercherait déjà à inclure, si la retraite devait être haussée à 61 ans, des mesures d'atténuation pour certaines personnes partant avant cet âge. Il chercherait à diminuer le nombre d'années de pénalité actuarielle pour des employés répondant à des critères particuliers.

Il serait aussi prêt à consentir à ce que la pénalité actuarielle passe à 5 %, mais en 2020. Elle est actuellement fixée à 4 %. Ce 5 % correspondrait à un «point d'équilibre» entre les cotisants prenant une retraite anticipée et ceux demeurant au travail.

Pour l'heure, au chapitre des salaires, le gouvernement du Québec continue d'offrir 5,3 % d'augmentation sur cinq ans à ses employés, un pourcentage incluant la «relativité salariale».

Le front commun syndical réclame, sur trois ans, un minimum de 1 % par année pour protéger le pouvoir d'achat de ses membres. Il demande aussi 1 % à titre de rattrapage salarial. Il y ajoute une participation à l'enrichissement collectif de 0,5 % par année liée au PIB.

Surplus convoité par les syndicats

Le surplus de 1,7 milliard $ enregistré au cours du premier semestre de l'année financière par le gouvernement du Québec fournit une vraie marge de manoeuvre au Conseil du trésor, soutient le président de la CSN, Jacques Létourneau.

«On est loin de la situation financière catastrophique que le gouvernement avance», dit-il.

Sur la base des résultats cumulatifs au 30 septembre, le solde budgétaire du gouvernement affiche un surplus de 1,7 milliard $, et ce en tenant compte du versement de 639 millions $ au Fonds des générations. «Il s'agit d'une amélioration de 1,7 milliard $ par rapport à l'an dernier», précise un document du ministère des Finances du Québec publié vendredi.

Au cabinet du ministre des Finances, Carlos Leitão, on insiste toutefois pour dire que les mois à venir sont généralement déficitaires. On affirme qu'il ne faut donc pas lire ces données en se disant qu'elles annoncent des marges de manoeuvre à la fin de l'année financière, le 31 mars prochain.

La CSN estime que ce discours cache la vérité. Elle note que le surplus enregistré durant le premier semestre est beaucoup plus substantiel que celui des années passées.

L'an dernier, d'avril à septembre 2014, Québec avait enregistré un surplus de seulement 43 millions$ - après son traditionnel versement au Fonds des générations.

«Le surplus de cette année est 40 fois plus grand que celui de l'an dernier, même en tenant compte des versements au Fonds des générations qui ont augmenté de 13 %», souligne le syndicat.

«Après les augmentations de 90% accordées aux médecins depuis 10 ans», le gouvernement a maintenant des «choix politiques» à faire, déclare Jacques Létourneau. «S'il n'y a pas d'argent pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public, il y a un méchant problème», laisse-t-il tomber. 

Ententes sectorielles avec les enseignants

Des ententes sectorielles ont été conclues lundi avec les enseignants des écoles primaires et secondaires représentés par la Fédération des syndicats de l'enseignement et l'Association provinciale des enseignants du Québec.

Les ententes sur l'organisation du travail dans les secteurs public et parapublic concernent désormais plus de 430000 des quelque 570000 employés de l'État (ici exprimés en nombre d'individus et non en «équivalents à temps complet»).

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer