Première confrontation sans éclat aux Communes

Le premier ministre Justin Trudeau a précisé deux de... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau a précisé deux de ces engagements. La loi mettant en vigueur la baisse d'impôt promise à la classe moyenne sera déposée mercredi. Et c'est cette semaine que les premiers réfugiés syriens en provenance de Jordanie et de Turquie atterriront au Canada.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

La première confrontation aux Communes entre Justin Trudeau et ses vis-à-vis de l'opposition n'a pas produit beaucoup d'étincelles.

Lundi matin, dans un discours en réponse au discours du Trône de vendredi, le nouveau premier ministre a repris, une fois de plus, ses engagements de la campagne électorale.

Il a cependant précisé deux de ces engagements. La loi mettant en vigueur la baisse d'impôt promise à la classe moyenne sera déposée mercredi. Et c'est cette semaine que les premiers réfugiés syriens en provenance de Jordanie et de Turquie atterriront au Canada.

Face à lui, aux Communes, la chef intérimaire des conservateurs, Rona Ambrose, lui a reproché son silence sur le groupe État islamique (EI). Les conservateurs veulent que les avions militaires canadiens continuent de bombarder les positions de l'EI en Syrie et en Irak.

Soulignant que le discours du président américain Barack Obama dimanche soir a omis de parler du Canada, Mme Ambrose a détourné le slogan libéral. «Le Canada n'est pas de retour, s'est-elle moquée. Le Canada a plutôt tourné le dos.»

En plus de réclamer le maintien de l'opération militaire canadienne contre l'EI, elle a reproché à M. Trudeau sa réaction à l'attentat du 13 novembre à Paris. «Notre premier ministre était dévoré par l'obsession de prendre des égoportraits», a-t-elle accusé.

Pendant ce temps, M. Trudeau plaidait, encore une fois, pour un rôle différent pour le Canada sur la scène mondiale. «Pour assurer la sécurité des Canadiens, il s'agit aussi d'exporter les idées et les institutions qui nous servent si bien chez nous. Nous pouvons montrer à d'autres pays et à leurs citoyens comment gouverner dans le respect de la diversité, avec ouverture et transparence, dans la paix et la prospérité», a-t-il dit, tout en maintenant que le Canada continuerait sa lutte contre le terrorisme aux côtés de ses alliés.

Mme Ambrose a également repris le discours électoral de son parti pour prédire que le gouvernement libéral se dirige vers d'énormes déficits en prévoyant de trop grandes dépenses.

La participation du chef néo-démocrate au débat s'inspirait également de son propre programme électoral. Thomas Mulcair a cependant assuré M. Trudeau de sa collaboration, du moment que le gouvernement libéral livre «du vrai changement».

Puis, il s'est lancé dans une vive critique de la baisse d'impôt que livrera le gouvernement cette semaine.

La nouvelle donne aux Communes ne laisse pas grand place pour la dizaine d'élus bloquistes. Ceux-ci n'étant pas reconnus comme un parti officiel à la Chambre, il leur aurait fallu l'assentiment unanime des députés pour pouvoir livrer une réponse au discours du Trône, ce qui leur a été refusé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer