Jacques Demers sera sénateur indépendant

En point de presse jeudi, le sénateur Jacques... (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

En point de presse jeudi, le sénateur Jacques Demers a confié avoir souffert de voir la réputation de la chambre haute en prendre pour son rhume, dans la foulée du scandale des dépenses.

La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Déçu d'avoir été mis à l'écart lors de la dernière campagne électorale et affecté par les railleries qu'il entend depuis le scandale des dépenses, le sénateur Jacques Demers démissionne du caucus conservateur.

L'ex-entraîneur de hockey âgé de 71 ans siégera désormais comme indépendant au Sénat.

En point de presse jeudi, M. Demers a confié avoir souffert de voir la réputation de la chambre haute en prendre pour son rhume, dans la foulée du scandale des dépenses.

«Je me suis dit que je ne me suis pas embarqué dans ça pour être quelqu'un qui n'est pas respecté», a-t-il soutenu.

Il estime que sa position d'indépendant lui permettra de faire davantage avancer les dossiers qui lui tiennent à coeur, notamment l'aide à l'alphabétisation.

Mais la goutte qui a fait déborder le vase, c'est qu'on ne lui ait pas demandé un coup de main pour faire élire plus des députés conservateurs du Québec lors de la dernière campagne électorale. Il avait pourtant mis la main à la pâte en 2011.

«Là, soudainement, on n'a plus besoin de moi? Ça, ça m'a affecté. Parce qu'on vient de me dire: "Tu fais partie de l'équipe pour la première élection, mais là durant la deuxième élection, tu ne fais plus partie de l'équipe"», s'est-il désolé.

M. Demers a été entraîneur dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et a notamment remporté la Coupe Stanley avec le Canadien de Montréal en 1993. Il a poursuivi sa carrière comme commentateur sportif, avant d'être nommé au Sénat par l'ancien premier ministre conservateur Stephen Harper en 2009.

Sa nomination en avait surpris plus d'un, dont le principal intéressé, de son propre aveu. Il avait révélé quelques années plus tôt son analphabétisme fonctionnel qu'il avait caché tout au long de sa carrière d'entraîneur.

Quand le scandale des dépenses au Sénat avait surgi en 2013, M. Demers avait exprimé son malaise et avait confié «être en réflexion» quant à son avenir politique. Il avait finalement choisi de demeurer en poste.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer