Bilinguisme législatif: l'Assemblée nationale déçue de la Cour suprême

C'est par le truchement d'une motion que l'Assemblée... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

C'est par le truchement d'une motion que l'Assemblée nationale s'est exprimée à l'unanimité, mercredi. Le texte adopté rappelle que le Québec, dont la langue officielle est le français, «a toujours fait preuve du plus grand respect envers la minorité anglophone».

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les partis représentés à l'Assemblée nationale se disent «déçus» de la décision rendue par la Cour suprême «à l'égard du bilinguisme législatif». Ils regrettent qu'elle donne à l'Alberta et à la Saskatchewan le droit d'édicter leurs lois et leurs règlements uniquement en anglais.

C'est par le truchement d'une motion que l'Assemblée nationale s'est exprimée à l'unanimité, mercredi. Le texte adopté indique que le Québec, dont la langue officielle est le français, «a toujours fait preuve du plus grand respect envers la minorité anglophone».

Il exhorte du même souffle toutes les provinces canadiennes à assurer à leurs citoyens francophones l'accès aux documents officiels en français; autrement dit, à ne pas s'appuyer sur la décision du plus haut tribunal au Canada pour faire perdurer le statu quo.

À la demande du leader parlementaire du Parti québécois, Bernard Drainville, la motion sera acheminée au gouvernement de l'Alberta et à celui de la Saskatchewan. Ils doivent connaître l'opinion unanime de l'Assemblée nationale, a expliqué M. Drainville.

Prenant la balle au bond, le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a jugé utile qu'elle soit aussi envoyée au gouvernement canadien. «La Cour a reconnu l'autonomie dans les juridictions des provinces, ce qui est quand même, pour le Québec, un élément important. Mais il y a lieu de l'envoyer à d'autres parlements qui pourront aider, justement, à ce que notre demande puisse être réalisée.»

Comme souvent lors d'une adoption à l'unanimité, le texte de la motion a fait l'objet de négociation entre les groupes politiques. Au départ, l'aile parlementaire du Parti québécois avait soumis un libellé plus costaud, moins diplomatique. On n'y exprimait pas une «déception». On «déplorait» la situation.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer