Restrictions sur l'accueil des syriens: des premiers ministres restent prudents

Des réfugiés qui viennent d'atteindre la Grèce, fin... (Archives AP)

Agrandir

Des réfugiés qui viennent d'atteindre la Grèce, fin novembre.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Les premiers ministres du Québec et du Nouveau-Brunswick attendent le plan d'Ottawa avant de commenter les informations voulant que les hommes seuls ne seraient pas admis au Canada dans le cadre du plan d'accueil des 25 000 réfugiés syriens.

En point de presse à Ottawa, lundi, les deux dirigeants ont réaffirmé l'engagement de leur province respective à accueillir des réfugiés, sans toutefois se prononcer sur l'exclusion possible des hommes seuls.

«Je ne penserais pas que cette règle soit absolue», a affirmé le premier ministre québécois Philippe Couillard lors d'une rencontre avec les journalistes avant la réunion du Conseil de la fédération.

«Je vous rappellerais que le Haut Commissariat des Nations Unies [pour les réfugiés], dans sa sélection [...], tient compte du degré de vulnérabilité des gens, ce qui l'amène à placer en tête de priorité les familles avec enfant et les membres des minorités religieuses opprimées», a-t-il ajouté.

Son homologue néo-brunswickois Brian Gallant a refusé de se prononcer sur les modalités de sélection des réfugiés syriens. «Je pense que c'est très important que nous fassions confiance au gouvernement fédéral», a-t-il simplement plaidé.

Rappelant que sa province s'est engagée à accueillir 1500 réfugiés, M. Gallant s'est dit «convaincu» qu'Ottawa fera «avancer ce dossier de façon à ce que les Canadiens soient protégés et que nous puissions jouer notre rôle au niveau international».

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall - l'un des rares dirigeants d'allégeance conservatrice à être à la tête d'une province canadienne à l'heure actuelle - s'est pour sa part prononcé en faveur de cette façon de trier les Syriens qui espèrent trouver refuge au Canada.

«Bonne priorité»

«Je pense que tout le monde comprend que c'est probablement la bonne priorité», a suggéré celui qui juge malavisé d'avoir fixé un échéancier pour l'accueil de milliers de réfugiés syriens et qui a d'ailleurs demandé la suspension du plan des libéraux.

La CBC a rapporté dimanche que le gouvernement fédéral ouvrira ses portes seulement aux femmes, aux enfants et aux familles qui fuient la guerre en Syrie dans le cadre de son plan d'accueil de 25 000 déplacés.

Le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté n'a pas voulu confirmer ces informations, lundi. Le titulaire du ministère, John McCallum, a prévenu que beaucoup d'informations erronées circulaient sur le plan que le gouvernement libéral doit dévoiler mardi.

«Beaucoup de (fausses) rumeurs concernant notre plan pour les réfugiés. Demain vous saurez la vérité», a-t-il écrit sur Twitter lundi.

Par ailleurs, le premier ministre Philippe Couillard a obtenu mardi la garantie que l'accueil de quelque 2000 réfugiés syriens additionnels au Québec s'accompagnerait d'une enveloppe du fédéral.

Pas de discrimination, dit l'ONU

L'ONU a affirmé une nouvelle fois lundi qu'il ne fallait pas faire de discrimination à l'encontre des réfugiés syriens et a critiqué «l'emphase» de certains responsables politiques américains et européens sur ce sujet. La Chambre des représentants, à majorité républicaine, a adopté la semaine dernière une mesure visant à suspendre l'accueil de réfugiés syriens et irakiens, malgré les appels au sang-froid et la menace de veto du président Barack Obama. Des responsables européens d'extrême droite ont eux aussi réclamé la fermeture des frontières aux Syriens à la suite des attentats de Paris. AFP

Pas d'hommes «en âge militaire»

Alors, est-ce vrai que Québec n'accueillera pas d'hommes réfugiés célibataires «de 20 ans frustrés», selon l'expression de Régis Labeaume? Ne comptez pas sur la conseillère Chantal Gilbert pour confirmer l'information dévoilée par la CBC dimanche soir selon laquelle le Canada ne recevra que des femmes et des familles. Lors de la rencontre à Longueuil avec le ministre Pierre Moreau, Mme Gilbert dit toutefois avoir eu l'assurance que le pays n'accueillera pas «d'hommes en âge militaire». Elle n'a toutefois pas précisé à quel âge se terminait cette catégorie. «On attend le plan fédéral qui sera annoncé mardi», a-t-elle dit en entrevue lundi. «On veut aider les plus vulnérables. Un homme de 80 ans fait partie des plus vulnérables», a illustré Mme Gilbert. La Ville de Québec a annoncé dès septembre sa volonté de donner priorité aux familles. La semaine dernière, le maire Régis Labeaume avait affirmé qu'il ne voulait pas de «gars de 20 ans frustrés» en soutenant que «les familles font moins peur». Il s'était par la suite rétracté en lançant à la blague qu'il était lui-même un «vieux frustré». Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer