Le déploiement des forces de Valcartier en Ukraine retardé

Le lieutenant-colonel du 3e Bataillon du Royal 22e... (Photo Manu Brabo, AP)

Agrandir

Le lieutenant-colonel du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment, Tim Arsenault, annonçait en juin que 200 troupes de Valcartier se rendraient à Yavoriv en novembre pour participer à une mission d'entraînement des forces armées ukrainiennes.

Photo Manu Brabo, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les quelque 200 militaires de la base de Valcartier qui devaient s'envoler pour l'Ukraine ce mois-ci ne décolleront pas avant le début de l'année 2016.

Le lieutenant-colonel du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment, Tim Arsenault, annonçait en juin que 200 troupes de Valcartier se rendraient à Yavoriv en novembre pour participer à une mission d'entraînement des forces armées ukrainiennes, soit l'opération Unifier menée par les États-Unis.

Les militaires de Québec devaient prendre la relève d'un contingent d'autant d'hommes et de femmes venant de la base ontarienne de Petawawa, qui assurait la mise en place de la mission canadienne. Le déploiement de Québec n'a pas eu lieu comme prévu et est reporté «au début 2016», a appris Le Soleil.

Les Forces armées canadiennes (FAC) ont évoqué des «délais opérationnels» pour expliquer ce report. Le groupe de Petawawa aurait lui-même été retardé en début de campagne.

Interrogées sur l'absence de déploiement ce mois-ci, les FAC ont assuré que hormis la date, les directives concernant l'Ukraine n'avaient pas changé. «La mission en Ukraine est maintenue», a confirmé le capitaine Jean-Pierre Coulombe, officier d'affaires publiques. Le changement de gouvernement au mois d'octobre n'a pas eu de répercussions sur le calendrier, a aussi fait savoir le porte-parole.

Politiques maintenues

Les libéraux semblent en effet maintenir les politiques des conservateurs concernant le conflit initié par l'envahissement de la Crimée par la Russie à l'hiver 2014.

Le premier ministre Justin Trudeau s'est même brièvement adressé au président Vladimir Poutine cette semaine en marge du Sommet du G20, en Turquie, concernant les activités militaires de la Russie en Ukraine.

«J'ai fait remarquer que même si le Canada a changé d'approche sur un large éventail de questions multilatérales et internationales, nous croyons toujours que l'ingérence de la Russie en Ukraine doit cesser», a déclaré M. Trudeau à la presse au terme de l'entretien.

Sous Stephen Harper, le Canada s'est engagé à assurer une présence en Ukraine jusqu'en 2017.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer