Élections partielles: trois libéraux et un péquiste

L'ex-caquiste Dominique Anglade (à droite) ayant été élue... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

L'ex-caquiste Dominique Anglade (à droite) ayant été élue dans Saint-Henri-Sainte-Anne, le premier ministre Philippe Couillard pourrait bien d'ici quelque temps avoir à se demander s'il la nomme au Conseil des ministres.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Nouveaux visages, mais mêmes couleurs politiques. Malgré ses 18 mois de pouvoir et ses dures mesures de rigueur budgétaire, le gouvernement libéral a conservé lundi les trois circonscriptions qu'il détenait avant le déclenchement de cette série de partielles, soit Beauce-Sud, Fabre et Saint-Henri-Sainte-Anne. Le Parti québécois s'est maintenu dans René-Lévesque.

Dans Beauce-Sud, Paul Busque succède à Robert Dutil. Il a gagné avec une confortable avance, l'emportant avec 56 % des voix exprimées.

La Coalition avenir Québec misait beaucoup sur cette circonscription de la Beauce. Elle n'a toutefois pu faire mieux que 30 % des votes. C'est une très grosse déception pour elle. Le chef caquiste François Legault a parlé d'une situation frustrante. 

Encore une fois, le Parti québécois a fait piètre figure dans ce territoire historiquement difficile pour lui. Il a dû se contenter de 7 % des suffrages.

L'ex-caquiste Dominique Anglade ayant été élue dans Saint-Henri-Sainte-Anne, le premier ministre Philippe Couillard pourrait bien d'ici quelque temps avoir à se demander s'il la nomme au Conseil des ministres.

Son accession au Saint des saints susciterait cependant de la grogne parmi ses députés. Plusieurs attendent leur tour au sein de l'aile parlementaire du gouvernement.

Avec 39 % des suffrages exprimés, Mme Anglade a moins bien fait que Marguerite Blais aux élections générales d'avril 2014. Le Parti québécois, avec 30 %, et Québec solidaire, avec 21 %, ont tous deux enregistré une remontée par rapport au dernier rendez-vous électoral.

Le Parti québécois de Pierre Karl Péladeau devait gagner dans René-Lévesque. Un échec dans ce territoire de la Côte-Nord aurait durement été vécu par l'équipe parlementaire péquiste, elle qui traverse des moments difficiles depuis quelques semaines.

Le nouveau député péquiste se nomme Martin Ouellet. Il l'a facilement emporté avec 49 % des voix. Les libéraux ont amélioré leur pourcentage de voix par rapport aux générales d'avril 2014.

À l'Assemblée nationale, M. Ouellet s'assoira dans le siège laissé vacant par Marjolain Dufour.

Dans Fabre, à Laval, Monique Sauvé, qui a été directrice du Carrefour jeunesse-emploi de Laval et présidente du Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec, remplace Gilles Ouimet.

La Coalition avenir Québec a perdu des plumes partout durant cette soirée.

L'invisible parti des abstentionnistes s'est une fois de plus illustré, comme souvent dans les partielles. Le taux de participation oscille entre 23 % dans Fabre et 43 % dans Beauce-Sud.

Positions à l'Assemblée nationale

Avec les résultats de lundi soir, les libéraux comptent désormais 71 députés à l'Assemblée nationale du Québec. Les péquistes ont 29 députés; les caquistes, 21, et les solidaires, trois. Une députée, Sylvie Roy, siège comme indépendante.

Cette série de quatre élections partielles a coûté quelque 2 millions $ aux contribuables québécois.

Une autre élection complémentaire aura lieu d'ici quelque temps, puisque le siège du député démissionnaire Stéphane Bédard, celui de Chicoutimi, demeure vacant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer