Beauce-Sud demeure libérale, René-Lévesque péquiste

Martin Ouellet était accompagné de Pierre Karl Péladeau... (Collaboration spéciale Steeve Paradis)

Agrandir

Martin Ouellet était accompagné de Pierre Karl Péladeau et de Marjolain Dufour lorsqu'il s'est adressé aux partisans du PQ.

Collaboration spéciale Steeve Paradis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Beauce) Comme c'est le cas depuis 34 ans à l'exception d'un court intermède adéquiste de 20 mois en 2007 et 2008, la circonscription de Beauce-Sud sera à nouveau représentée par un député libéral à l'Assemblée nationale alors que Paul Busque a facilement remporté la course à la succession du député démissionnaire Robert Dutil avec près de 56 % des voix lors d'un scrutin où à peine plus de 43 % des électeurs se sont rendus aux urnes.

Le libéral Paul Busque succède à Robert Dutil... (Le Soleil, Ian Bussières) - image 1.0

Agrandir

Le libéral Paul Busque succède à Robert Dutil dans Beauce-Sud.

Le Soleil, Ian Bussières

Comme c'est le cas depuis 34 ans à... (Infographie Le Soleil) - image 1.1

Agrandir

Infographie Le Soleil

«Ouf!» a laissé tomber le nouveau député après son discours prononcé à l'Hôtel Georgeville de Saint-Georges de Beauce. «On a travaillé très fort pendant 32 jours. Une chance que nous avions un député qui a fait énormément pour Beauce-Sud. Pendant les cinq dernières années, j'ai eu la chance de travailler en étroite collaboration avec M. Dutil. De pouvoir prendre sa relève, c'est exceptionnel.»

Paul Busque a réitéré son adhésion aux objectifs de rigueur budgétaire et de développement économique de son gouvernement. «Ce n'est pas un caprice, c'est une nécessité», a-t-il affirmé.

Dominique Vien, ministre des Services gouvernementaux, était elle aussi fort satisfaite des résultats de son nouveau collègue. «Je pense que les Beaucerons voulaient avoir un député qui s'occupe bien d'eux», a-t-elle affirmé avant de rejeter les prétentions voulant que les électeurs utilisaient souvent les partielles pour punir le gouvernement en place.

«Il faut faire attention car non, nous ne sommes pas en austérité au Québec. Le Parti libéral est dans une logique de rigueur budgétaire et de relance économique. C'est un langage que les Beaucerons comprennent.»

Amertume

Chez les caquistes qui étaient réunis au restaurant l'Index, l'heure était plutôt à l'amertume. «C'est désolant de voir ce que M. Couillard a fait : lancer les partielles durant l'élection fédérale. C'est un geste antidémocratique qui a fait que ça a pris une semaine et demie avant de faire décoller la campagne», a déclaré le candidat défait Tom Redmond.

Son chef François Legault, qui avait misé beaucoup sur Beauce-Sud, avait peine à comprendre le verdict des électeurs. «Moi, je n'en reviens pas! Le Parti libéral n'a pas respecté ses promesses de ne pas augmenter les taxes et les tarifs et, malgré ça, ils gagnent? Les gens n'ont tout simplement pas été voter.»

Taux de participation

«Ce qu'on a, c'est un gros problème de taux de participation. Dans Saint-Henri-Sainte-Anne, c'est 22 %. Il faudra vraiment faire quelque chose», a ensuite renchéri Legault, ajoutant toutefois qu'il ne se formalisait pas trop du fait que le score de 32 % des voix soit la pire récolte de la Coalition avenir Québec et de sa prédécesseure, l'Action démocratique du Québec, dans Beauce-Sud depuis 1998.

«En deux semaines de campagne, ce n'est pas mauvais. Si on avait eu une campagne plus longue, on aurait pu gagner. Je demeure confiant pour dans trois ans», a conclu Legault.

Pas de surprise sur la Côte-Nord

Comme c'est le cas depuis 34 ans à l'exception d'un... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Le Parti québécois a réussi, sans surprise, à conserver la circonscription de René-Lévesque, même si sa majorité a diminué. Sans l'emporter, le PQ a aussi bien fait dans deux des trois autres circonscriptions à l'enjeu, un résultat qui avait de quoi réjouir Pierre Karl Péladeau.

«La performance du Parti québécois est remarquable. Tous nos candidats ont bien performé», a lancé le chef du PQ, qui était à Baie-Comeau pour célébrer la victoire de son candidat, Martin Ouellet. Ce dernier l'a emporté avec 48,9 % des voix, une majorité de 1334 votes sur la libérale Karine Otis, qui a récolté un respectable 39 %. En 2014, le péquiste Marjolain Dufour avait une majorité de plus de 6600 voix.

Les autres candidats ont fait de la figuration. Le résultat a sûrement été décevant pour le caquiste Dave Savard, qui n'a pu faire mieux qu'un maigre 5,6 % du vote, chauffé par la solidaire Claire Du Sablon (4,9 %). Le conservateur Éric Sirois (0,9 %) et Yan Rivard d'Option nationale (0,7 %) ont fermé la marche. Rappelons que le PQ a rayonné sur la circonscription au cours de 36 des 45 dernières années.

À part dans Beauce-Sud, où le candidat péquiste n'a pu faire mieux qu'un résultat de 6,9 %, ce qui représente à peu près la moyenne historique des péquistes dans ce coin de pays, les deux autres porte-couleurs du parti ont pris le deuxième rang, tout comme au scrutin général de 2014. Toutefois, dans les deux cas, la marge avec le vainqueur libéral a diminué.

M. Péladeau a aussi noté que la Coalition avenir Québec en a arraché dans cette soirée électorale, ne réussissant pas à franchir la barre des 15 % dans trois des quatre circonscriptions. «On aura l'occasion d'analyser davantage les résultats, mais à première vue, on peut relever une disparition quasi complète de la CAQ et ces votes se sont transférés au Parti libéral», a-t-il lancé.

Le chef du PQ n'a pas manqué de rappeler que ces élections complémentaires ont été déclenchées au beau milieu de la campagne électorale fédérale, «ce qui alimente le cynisme des citoyens envers la politique. On espère que le premier ministre n'aura plus d'idées aussi sombres», a-t-il clamé sous les applaudissements des quelque 75 partisans réunis au rassemblement péquiste.

«Ce soir [mardi], je renais dans René-Lévesque», a lancé le nouveau député en soulignant que sa mère était enceinte de lui durant la campagne électorale de 1976, qui a vu le Parti québécois prendre le pouvoir pour la première fois. Martin Ouellet voit également dans sa victoire «un message claire de la région, qui dit non à l'austérité».

Le taux de participation à cette complémentaire dans René-Lévesque s'est chiffré à 39,6 %.

Avec Steeve Paradis (collaboration spéciale)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer