Une seconde vague de grèves cette semaine

La deuxième vague de grèves du Front commun syndical et de ses 400 000 membres... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La deuxième vague de grèves du Front commun syndical et de ses 400 000 membres se fera sentir dans la région de Québec jeudi et vendredi.

Tel que prévu au calendrier présenté en octobre, les fonctionnaires représentés par la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et le Secrétariat intersyndical du secteur public tiendront deux journées d'affilée de grèves rotatives cette semaine.

La nouvelle offre déposée la semaine dernière par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a été rejetée sans délai par le mouvement syndical. La gradation promise dans l'exercice des moyens de pression s'enclenchera donc.

Jeudi et vendredi, à Québec, le personnel des écoles primaires, incluant les services de garde, et secondaires prendront la rue. Il en sera de même dans les cégeps. Même chose dans le réseau de la santé, où les services essentiels seront cependant maintenus. Cela signifie que 90 % des salariés doivent travailler dans les CHSLD, les centres de réadaptation et les centres hospitaliers avec spécialités (psychiatrie, cardiologie, neurologie). Dans les unités d'urgence et de soins intensifs, la totalité des salariés habituellement en fonction doit être au travail.

Les employés de la fonction publique et de l'Agence du revenu seront aussi en débrayage jeudi et vendredi à la grandeur du Québec. D'autres grévistes se feront aussi entendre dans la Chaudière-Appalaches, en Estrie, en Montérégie, dans le Centre-du-Québec, la Mauricie, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.

Les infirmières de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) ne font pas partie du Front commun.

Lundi et mardi, ce sont les employés de l'État du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de l'Outaouais, de l'Abitibi-Témiscamingue, du Nord-du-Québec, de Lanaudière et des Laurentides qui débraient. Ce sera le tour de Montréal et Laval en début de semaine prochaine. 

Une grève nationale est prévue si l'impasse persiste dans les négociations les 1er, 2 et 3 décembre.

«Les actions des syndicats ne modifieront pas la situation financière, a indiqué l'attachée de presse du ministre Coiteux, lundi. Le gouvernement a fait un pas très important pour marquer sa volonté d'en arriver à une entente négociée en bonifiant sa proposition.»

Les syndicats ont le droit de faire des manifestations de mécontentement dans la mesure où «les impacts sur la vie des familles et sur l'économie sont minimisés», a-t-elle ajouté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer